AMERIQUE/BOLIVIE - Déclarations de S.Em. le Cardinal Terrazas à l’occasion de la Journée du Migrant : « nous devons nous ouvrir à nos frères migrants mais nous devons tous respecter la loi »

mardi, 11 septembre 2012

Santa Cruz (Agence Fides) – S.Em. le Cardinal Julio Sandoval Terrazas, Archevêque de Santa Cruz de la Sierra, au cours de la principale célébration de la Journée nationale du Migrant, qui a eu lieu Dimanche 9 septembre à Santa Cruz (voir Fides 07/09/2012), a rappelé la situation dans laquelle vivent les migrants et les réfugiés en Bolivie : « De nombreuses personnes vont ou viennent pour rechercher une meilleure condition de vie mais bien souvent leur dignité n’est pas respectée ».
« Nous devons nous ouvrir aux problèmes de nos frères migrants – a déclaré le Cardinal durant son homélie -. Nous parlons de ceux qui sont venus à chercher la vie et, grâce à Dieu, Santa Cruz a su leur répondre généreusement, leur ouvrant des espaces. Nous devons continuer à le faire, dans le respect de tous. Nous devons être en mesure de tous les recevoir mais également de corriger les défauts qui peuvent exister chez quelques-uns qui prétendent prendre possession d’un peu de terre à tout prix » a poursuivi le Cardinal Terrazas. « Il y a des personnes persécutées ou qui doivent fuir leur pays et arrivent en quête d’un espace de liberté. Dieu est avec nous et encourage également nos frères se trouvant dans des situations dans lesquelles il ne reste plus que l’espérance ».
Selon la note envoyée par la Conférence épiscopale bolivienne à l’Agence Fides, le Cardinal Terrazas, en conclusion de son homélie, a exhorté la communauté à accueillir tout un chacun mais a également critiqué ceux qui envahissent les terres des particuliers ou de propriété publique afin de s’en approprier. « Nous sommes d’accord avec les migrants mais nous ne pouvons donner notre bénédiction aux invasions de terrains : les lois doivent être appliquées. Nous voulons que ceux qui sont persécutés dans leurs pays puissent jouir ici d’une liberté vraie et inconditionnelle mais ils doivent se sentir partie intégrante de notre société » a conclu le Cardinal Terrazas. (CE) (Agence Fides 11/09/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network