AMERIQUE/BOLIVIE - Déclaration du Vice-président de la Conférence épiscopale bolivienne aux journalistes : « Demeurez calmes, dites la vérité, soyez courageux »

mercredi, 5 septembre 2012

La Paz (Agence Fides) – Le Vice-président de la Conférence épiscopale de Bolivie, S.Exc. Mgr Jesús Pérez, Evêque de Sucre, a demandé aux journalistes et aux directeurs des moyens de communication d’être forts et d’affronter calmement les temps difficiles que traverse le pays. Dans la note envoyée à l’Agence Fides, Mgr Pérez rappelle que, comme les prophètes, les personnes travaillant dans la presse sont des messagers de la vérité. « Il est temps de rester calmes » mais il appartient cependant aux journalistes de dire la vérité et « d’être courageux ». Il leur a donc demandé une fois encore de faire preuve de calme et de sérénité malgré les circonstances.
Les propos de Mgr Pérez font suite à l’annonce d’une plainte déposée par le gouvernement contre trois media dont l’Agence de Nouvelles Fides (Agencia de Noticias Fides – ANF) gérée par l’Eglise catholique pour avoir déformé – selon le plaignant – un certain nombre de déclarations du Président. La semaine dernière, la Conférence épiscopale bolivienne, dans une lettre adressée au Directeur de l’ANF, le Père José Gramunt di Moragas SJ, a exprimé « son soutien et sa solidarité au travail journalistique de l’ANF face aux attaques dont elle a été l’objet au cours de ces derniers jours de la part des représentants du gouvernement national ». Dans leur lettre, les Evêques affirment qu’ils ne trouvent « aucun motif raisonnable justifiant les accusations que les autorités ont faites publiquement, discréditant un travail fait au service de la vérité et du bien commun, qui est bien inséré dans l’histoire de ce moyen de communication de l’Eglise catholique en Bolivie ».
Différentes autres institutions se sont exprimées en faveur de l’ANF, dont la Fédération départementale des travailleurs de la Presse (Federación Departamental de Trabajadores de la Prensa) de Santa Cruz et la Confédération syndicale des travailleurs de la Presse de Bolivie (Confederación Sindical de Trabajadores de la Prensa de Bolivia). De son côté, l’Observatoire national des media (ONADEM) de la Fundación Unir Bolivia a dénoncé l’augmentation du nombre des agressions contre les journalistes en Bolivie et la représentante du Collège latino-américain des journalistes (Colegio Latinoamericano de Periodistas – COLAPER) a annoncé qu’en fin septembre, elle présentera un rapport sur cette question au Congrès des Journalistes d’Equateur et de Colombie. (CE) (Agence Fides 05/09/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network