AFRIQUE/MALI - Situation encore incertaine à Bamako alors que la population du nord endure les vexations des islamistes

samedi, 11 août 2012

Bamako (Agence Fides) – La crise politique se poursuit au Mali depuis le retour du Président par intérim Dioncounda Traoré. Selon ce qu’indique à l’Agence Fides le Père Edmond Dembele, Secrétaire général de la Conférence épiscopale du Mali, le pays se trouve encore dans l’attente du gouvernement d’unité nationale que le Président a annoncé vouloir constituer. On ne sait pas encore si l’actuel Premier Ministre demeurera à son poste. Voici deux semaines, ce dernier avait exclu, dans le cadre d’une émission télévisée, toute hypothèse de démission alors même que la coalition des partis qui appuyait le gouvernement renversé par le coup d’Etat militaire du mois de mars dernier demandait son départ.
Entre temps, les trois responsables d’un autre groupe qui soutient en revanche la junte militaire, le COPAM, ont été convoqués par le Tribunal de Bamako dans le cadre des enquêtes portant sur l’attaque perpétrée contre la personne du Président Traoré le 21 mai dernier. La sentence de ce procès est prévue pour le 28 août.
Ce regroupement de partis a prévu une réunion à Bamako pour aujourd’hui, 11 août.
La situation dans le nord du pays a empiré. Le 9 août, à Ansongo, les islamistes, appliquant la charia ont amputé la main droite à un homme accusé de vol de bétail. A Gao, un autre homme accusé de vol a bénéficié de la suspension de la sentence suite à un mouvement de révolte des jeunes de la ville.
Les islamistes semblent avoir l’intention de faire respecter la charia dans la région et ce contre la volonté de la population qui semble impuissante.
Le 9 août encore, des experts militaires de la CEDEAO (Communauté économique des Etats d’Afrique occidentale) se sont réunis à Bamako afin d’étudier des stratégies en vue de la reconquête de la région se trouvant entre les mains de groupes islamistes depuis mars 2012.
L’Eglise continue à prier pour un rapide retour de la paix et de la cohésion sociale. Différentes activités devant soutenir et aider les évacués dans les régions septentrionales sont conduites par la Caritas et par les fidèles des Diocèses du pays. Dans le cadre des consultations en vue de la formation du nouveau gouvernement, S.Exc. Mgr Jean Zerbo, Archevêque de Bamako, a été reçu en compagnie d’autres responsables religieux, musulmans et protestants, par le Président par intérim. (L.M.) (Agence Fides 11/08/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network