AMERIQUE/VENEZUELA - Clôture de la 98ème Assemblée des Evêques : l’Eglise, médiatrice de la réconciliation

jeudi, 12 juillet 2012

Caracas (Agence Fides) – La 98ème Assemblée de la Conférence épiscopale du Venezuela (CEV) s’achève aujourd’hui, 12 juillet. Les mots qui ont servi de ligne directrice aux travaux ont été ceux de S.Exc. Mgr Diego Padron, Archevêque de Cumanà et Président de la CEV, qui a indiqué comme mission primaire de l’Eglise au Venezuela celle d’être « médiatrice de la réconciliation et de poursuivre son service au profit du peuple, sans distinctions ». Mgr Padron a également insisté sur l’attention que l’Eglise accorde à la vie nationale, afin d’offrir des réponses aux questions relatives au destin du Venezuela : sa démocratie, sa liberté et sa sécurité. Dans son discours d’ouverture des travaux, le Président de la CEV a en outre relevé le climat de secret qui caractérise la gestion de certains aspects de la vie du pays, tels que la santé du Président et la véritable situation des prisons. Au cours de cette réunion, la Conférence épiscopale a affronté les thèmes de la nouvelle évangélisation, de la formation chrétienne et de l’engagement sociopolitique. Mgr Padron a ensuite souhaité que la journée électorale d’octobre puisse être vécue « dans un climat de respect et de justice afin que le processus électoral soit équitable et transparent ». Le Venezuela devra en effet élire à ce moment-là son nouveau Président pour la période 2013-2019 parmi sept candidats même si les deux favoris sont Chavez – qui se représente – et Henrique Capriles, chef de l’opposition.
Dans le cadre de l’Assemblée de la CEV, a eu lieu, le 10 juillet, une rencontre entre les autorités de la Conférence épiscopale et celles du gouvernement, ces dernières étant représentées par le Vice-président de la République, Elías Jaua, et par les Ministres de l’Intérieur et de la Justice, Tarek El Aissami, et de la Jeunesse, Mari Pili Hernández. Le gouvernement a ainsi voulu souligner la valeur de l’Eglise pour la société vénézuélienne et a remercié l’Eglise pour l’action entreprise surtout contre la violence. De la part des Evêques, S.Exc. Mgr Mario Moronta, Vice-président de la CEV a rappelé au gouvernement les urgences qui affligent le pays et la possibilité de travailler ensemble afin d’y mettre un terme.
Selon les données recueillies par l’Agence Fides, par le biais de cette réunion, le gouvernement a repris les rapports de dialogue et de collaboration avec l’Eglise. Au cours des 13 années de gouvernement Chavez en effet, les rapports entre le gouvernement et l’Eglise ont été très tendus au point que l’on avait risqué la rupture en 2010 lorsque le Président Chavez avait qualifié de « cavernicoles » les Evêques après que ceux-ci aient exprimé publiquement leur soutien à S.Em. le Cardinal Jorge Urosa Savino, qui avait accusé Chavez de vouloir violer la Constitution (voir Fides 28/12/2010). Le Président Chavez ordonna à l’époque la révision du Concordat entre l’Eglise et l’Etat en ce qui concerne le financement des œuvres sociales mais la mesure ne fut pas prise et le 27 avril dernier, le gouvernement a remis 294 millions de dollars au réseau d’écoles catholiques qui accueille plus de 500.000 élèves. (CE) (Agence Fides 12/07/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network