AFRIQUE/MALI - Alarme dans le nord du Mali à cause de la diffusion du choléra

vendredi, 6 juillet 2012

Bamako (Agence Fides) – « Le choléra se répand actuellement dans la zone de Gao, au nord du Mali, zone qui est occupée par différents groupes armés. Les premiers décès ont déjà été enregistrés » : c’est ce que déclare à l’Agence Fides le Père Edmond Dembele, Secrétaire général de la Conférence épiscopale du Mali.
« Le manque de carburant pour alimenter les générateurs qui actionnent les pompes a provoqué le manque d’eau potable » explique le Père Dembele. « En outre, la saison des pluies est sur le point de débuter même si les précipitations sont généralement moins intenses dans le nord et ceci risque d’aggraver le problème si l’on n’intervient pas à temps parce que l’eau polluée véhicule différentes maladies dont le choléra ».
Selon le Père Dembele, « l’Etat prend actuellement des initiatives afin d’aider les populations de la zone. Une campagne de sensibilisation de la population a déjà commencé, assortie de conseils hygiéniques visant à éviter la propagation de l’épidémie. Il s’agit d’une campagne qui a lieu chaque année au cours de la période des pluies mais, cette année, elle a été anticipée de manière à faire face à la situation d’urgence qui caractérise Gao ».
Sur le plan sanitaire, « on pense envoyer dans le nord des médicaments au travers du couloir humanitaire que le gouvernement utilise déjà pour envoyer de la nourriture dans les zones contrôlées par les rebelles » ajoute le Père Dembele.
Au niveau politique, demain, 7 juillet, s’ouvrira le Sommet sur le Mali, réuni à Ouagadougou (Burkina Faso). Y participeront les représentants des différents partis politiques et de la société civile du Mali. « Sont également invités les responsables religieux » affirme le Secrétaire général de la Conférence épiscopale du Mali. « Parmi ceux-ci, se trouveront les représentants du Haut Conseil islamique, l’Archevêque de Bamako, S.Exc. Mgr Jean Zerbo, et le Président de l’Association des églises protestantes ».
« Le gouvernement manque encore du soutien nécessaire des forces politiques afin d’affronter la crise dans le nord. Espérons que la rencontre de Ouagadougou débouche sur une perspective de solution » conclut le Père Dembele. (L.M.) (Agence Fides 06/07/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network