AMERIQUE/REPUBLIQUE DOMINICAINE - Eradiquer la pauvreté, l’inégalité et l’exclusion sociale qui provoquent l’exode forcé de la population - conclusion de la Rencontre sur les migrations en Amérique centrale

jeudi, 31 mai 2012

Santo Domingo (Agence Fides) – S.Em. le Cardinal Nicolas de Jesus Lopez Rodriguez, Archevêque de Santo Domingo, a lancé hier, 30 mai, un appel afin que le gouvernement de la République dominicaine régularise la situation – en ce qui concerne la documentation – des enfants des haïtiens nés en République dominicaine. L’Archevêque a également demandé à la République dominicaine et à Haïti de parvenir à des accords afin de contribuer à résoudre ce problème.
Lors de la célébration de l’Eucharistie qui a clôturé la cinquième réunion sur les migrations et la mobilité humaine à laquelle ont participé les délégués des Conférences épiscopales des Etats-Unis, du Mexique et des pays d’Amérique centrale et des Caraïbes (voir Fides 24/05/2012), le Cardinal Lopez Rodriguez a signalé que la migration haïtienne représente un problème qui se pose depuis longtemps. L’Eglise catholique a dénoncé, à plusieurs reprises, le fait que la République dominicaine accueille un grand nombre d’immigrés haïtiens dont les droits sont constamment violés.
Selon les informations parvenues à l’Agence Fides, au cours de la rencontre, qui a eu pour thème central « L’Eglise, patrie de tous », ont été évoqués les principaux problèmes de la zone à ce propos : la violence, les droits humains, les expulsés, les migrants victimes du trafic d’êtres humains, les rapports de frontière etc. Le Père Mario Serrano, Secrétaire exécutif de la Commission nationale de la Pastorale de la Mobilité humaine de la Conférence épiscopale dominicaine, a confirmé qu’ont participé à cette rencontre des experts en la matière et que le travail effectué a aidé à partager sur les défis et à articuler des synergies de travail commun afin de construire des processus visant à éradiquer la pauvreté, l’inégalité et l’exclusion sociale qui provoquent l’exode forcé de la population.
Dans l’attente du document final, rappelons qu’en 2011, la réunion des Evêques de l’hémisphère s’est déroulée au Costa Rica. A cette occasion, a été publié un document dans lequel les Evêques ont affirmé « être témoins de la grande souffrance des migrants, de leurs pays et de leurs régions » (voir Fides 05/07/2011). Les Episcopats avaient demandé à leurs gouvernements respectifs de promouvoir des lois justes en vue de la protection juridique des migrants. Les Evêques avaient également rappelé que les immigrés sont ceux qui cherchent du travail, un asile ou un refuge, comme le sont les victimes du trafic d’êtres humains, un problème qui se caractérise par de nombreux épisodes de violence signalés chaque jour. (CE) (Agence Fides 31/05/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network