http://www.fides.org

Africa

2012-05-23

AFRIQUE - Les Evêques d’Afrique australe s’engagent en qualité d’observateurs dans le cadre des élections locales

Rome (Agence Fides) – Les Evêques d’Afrique australe unissent leurs forces afin de contrôler les élections qui se tiendront prochainement dans différents pays de la région. C’est ce qu’affirme un communiqué envoyé à l’Agence Fides l’Assemblée interrégionale des Evêques d’Afrique australe (IMBISA) qui réunit les Evêques d’Afrique du Sud, du Botswana, du Swaziland, du Lesotho, du Mozambique, d’Angola, de Sao Tomé e Principe, de Namibie et du Zimbabwe.
« Nous demandons aux gouvernements, à l’occasion des élections qui se tiendront dans la région, de garantir des conditions qui assurent que le vote soit libre, équitable et pacifique. Nous avons vu dans nos communautés combien la violence et l’insécurité influencent la vie quotidienne des personnes normales, leur interdisant le développement si nécessaire et la capacité de conduire une vie décente » affirme S.Exc. Mgr Franklyn Nubuasah, Vicaire apostolique de Francistown, au Botswana et Président de l’IMBISA.
A l’occasion des élections qui se tiendront prochainement dans différents pays de la région, les Evêques de l’IMBISA ont donc pris l’engagement d’œuvrer comme observateurs électoraux. Les Evêques rappellent en outre qu’il est du devoir des gouvernements et des partis politiques de créer et de maintenir la paix avant, pendant et après les élections. Ils invitent la Southern African Development Community (SADC) à agir afin de garantir que les principes démocratiques qu’elle promeut et que ses orientations relatives au déroulement des élections soient pleinement respectés.
Mgr Nubuasah insiste aussi sur le fait que « les élections constituent un moment difficile et, en tant que témoins sur le terrain, notre espoir est que nos gouvernements s’adaptent à ces lignes directrices de manière à ce que la vie et la dignité de chaque personne puissent être respectées ».
« L’Eglise prie continuellement pour la région alors que nous sommes appelés à agir de manière solidaire et à travailler en vue du renforcement de la démocratie. Nous ne pouvons pas nous permettre de reculer par rapport aux résultats que nous avons obtenu jusqu’à présent » conclut Mgr Nubuasah. (L.M.) (Agence Fides 23/05/2012)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network