ASIE/MYANMAR - Guerre ouverte et nouvelles évacuations de civils : crise humanitaire dans l’Etat Kachin

jeudi, 10 mai 2012

Banmaw (Agence Fides) – Les opérations de l’Armée birmane s’intensifient dans l’Etat peuplé par la minorité ethnique kachine situé dans le nord du Myanmar. La Caritas et les quelques organisations de solidarité présentes sur le terrain lancent, par l’intermédiaire de Fides, l’alarme quant à la crise humanitaire, vu la vague croissante de réfugiés provoquée par les actions militaires. « Aujourd’hui, sont arrivées de nouvelles familles dans les camps de réfugiés et dans les complexes dépendant des églises, ouverts en vue de l’accueil des évacués. Elles proviennent de différentes zones de frontière et racontent que les affrontements à coup d’armes à feu et les bombardements sont féroces » indique à l’Agence Fides un opérateur de la Caritas du Diocèse de Banmaw, l’un des deux Diocèses catholiques – avec celui de Myitkyina – érigés sur le territoire kachin. L’Eglise locale fait tout son possible en ce qui concerne l’accueil (voir Fides 30/04/2012).
L’ONG Christian Solidarity Worldwide (CSW) indique par ailleurs, dans une note envoyée à Fides, avoir reçu 126 nouvelles relatives à des affrontements en cours entre l’Armée birmane et la Independence Army (KIA). Le conflit dure bien que le Président Thein Sein ait ordonné le 10 décembre dernier à l’Armée birmane de mettre fin à son offensive qui a provoqué l’évacuation de 70.000 personnes alors que les structures d’accueil sont en limite de capacité. Les militaires, note CSW, sont accusés de cruauté envers les civils et de graves violations des droits humains telles que viols, tortures et exécutions sommaires.
Ces jours derniers, le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon, en visite au Myanmar, a promis l’assistance de l’ONU au gouvernement birman afin de stipuler un accord de paix, en affirmant : « La situation au sein de l’Etat Kachin est en contraste avec la conclusion positive des accords de cessez-le-feu avec tous les autres groupes ethniques. Il ne devrait pas être nié au peuple Kachin la possibilité d’un cessez-le-feu et d’un accord politique qui puissent porter la paix et le développement ». Ban Ki Moon a demandé par ailleurs que soit garanti l’accès de la zone kachine aux aides humanitaires.
Comme pré conditions aux négociations de paix, les kachins demandent la fin des opérations de l’Armée birmane, le retrait des troupes, la fin des abus sur les civils et le retour des évacués. (PA) (Agence Fides 10/05/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network