EUROPE/ESPAGNE - Journée des Vocations autochtones : aucune vocation naissante dans les territoires de mission ne doit être perdue

mercredi, 25 avril 2012

Madrid (Agence Fides) – Dimanche prochain, 29 avril, les Œuvres pontificales missionnaires (OPM) d’Espagne promeuvent la célébration de la Journée des Vocations autochtones 2012, qui a pour slogan : « Marie encourage les vocations dans la mission ». La Conférence épiscopale espagnole a en effet établi que cette Journée se célèbre le dernier dimanche d’avril et, de ce fait, il coïncide parfois avec le IV° Dimanche de Pâques, Journée mondiale de prière pour les Vocations.
Illustrant le thème de cette année, les OPM insistent sur le fait que la célébration de cette Journée « peut être la porte d’entrée au mois de mai, dédié à la Très Sainte Vierge Marie », en plaçant sous Sa protection les vocations autochtones. En outre l’affiche préparée représente la scène de la Pentecôte : Marie au Cénacle exhorte les Apôtres à la prière et à l’espérance. « L’image de la Vierge rappelle aux fidèles que Marie est toujours présente et active dans la vie de l’Eglise et des chrétiens ».
Les OPM d’Espagne ont préparé différents matériels dont une copie est parvenue à l’Agence Fides, pour la promotion et l’animation de cette Journée. Le Père Anastasio Gil, Directeur national des OPM et Directeur du Secrétariat de la Commission épiscopal pour les Missions, exhorte en effet à œuvrer pour améliorer sa promotion et sa célébration « en ce que le but de la Journée est de susciter une implication authentique afin qu’aucune vocation qui naît dans les territoires de mission ne soit perdue par manque de moyens ».
Depuis 1922, lorsque l’Œuvre de Saint Pierre Apôtre fut approuvée par le Saint-Siège en devenant pontificale, elle a pour mission d’assister les séminaires des territoires de mission, d’envoyer des offrandes et de promouvoir la coopération des fidèles. « Sans cette Œuvre, en effet – indique le Père Gil – combien de vocations auraient été perdues ! Nombre des Evêques autochtones qui représentent aujourd’hui l’apostolicité des Diocèses dans les territoires de mission ont pu finir leurs études grâce à cette Œuvre pontificale ».
Le Père Anastasio Gil souligne en outre que nombreux sont ceux qui pensent qu’une Journée missionnaire par an suffit « mais nous savons tous que cette journée n’est pas suffisante et je demande de réfléchir et de penser que nous pouvons encore offrir de nombreuses bourses d’études pour faire en sorte qu’aucune vocation ne soit perdue. Le jour où nous n’aiderons plus les vocations autochtones – conclut le Père Gil – ce jour-là l’action missionnaire de l’Eglise sera achevée ». (CE) (Agence Fides 25/04/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network