AFRIQUE/LIBYE - « Venez en Libye pour nous aider. La situation n’est pas aussi tragique que certains la décrivent » déclare le Vicaire apostolique de Tripoli »

jeudi, 22 mars 2012

Tripoli (Agence Fides) – « Je suis désolé de voir que se répandent seulement des nouvelles négatives à propos de la situation libyenne. Je rencontre continuellement de nombreux libyens qui ont une attitude positive et confiante en ce qui concerne l’avenir de leur pays » déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Giovanni Innocenzo Martinelli, Vicaire apostolique de Tripoli.
« Il faut diffuser des nouvelles positives afin de donner courage tant aux libyens qu’à ceux qui sont au dehors et voudraient venir ici pour travailler » poursuit Mgr Martinelli. « Par exemple, il existe des personnes de la Caritas qui voudraient venir en Libye pour se rendre compte des besoins des plus nécessiteux mais il leur a été déconseillé de venir. Je me demande pourquoi vu que des techniciens de l’ENEL et de l’AGIP viennent travailler ici sans aucun problème. Pourquoi ne pourraient donc pas venir également des opérateurs de la Caritas ? » se demande le Vicaire apostolique de Tripoli.
« Il n’est pas vrai qu’il n’est pas possible de venir en Libye. Certes, je ne dis pas en tant que touristes mais en vue de services sociaux déterminés, cela est possible » réaffirme-t-il. « Je peux parler de Tripoli et de ses environs – précise Mgr Martinelli. Il y a de temps à autre, ici ou là, des escarmouches mais en général la situation est tranquille et pacifique ». Mgr Martinelli cite un certain nombre d’exemples tirés de la vie quotidienne qui démontrent selon lui la tendance au retour à la paix : « Hier, les enfants des écoles ont fêté la fête des Mères (qui, dans le monde arabe, coïncide avec le premier jour du printemps). Ces jours derniers, ont eu lieu les élections des organes locaux de Tripoli ».
Il existe cependant le problème des armes qui sont encore en possession des milices et à ce propos, Mgr Martinelli observe : « les autorités de Tripoli font tout ce qui est en leur pouvoir afin que ceux qui possèdent des armes les remettent. Il faudra du temps mais la bonne volonté y est ». « Je voudrais que la Libye ne soit plus associée dans l’imaginaire collectif au terrorisme et à l’instabilité. Venez nous aider à construire la nouvelle Libye » conclut Mgr Martinelli. (L.M.) (Agence Fides 22/03/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network