AMERIQUE/REPUBLIQUE DOMINICAINE - Que se passe-t-il réellement en Haïti ?

mardi, 13 mars 2012

Santo Domingo (Agence Fides) – S.Em. le Cardinal Nicolas de Jesus Lopez Rodriguez, Archevêque de Santo Domingo, a demandé aux autorités d’Haïti d’informer sur ce qui se passe réellement dans le pays parce que tout événement ou fait grave dans le pays voisin, a une influence sur les habitants de la République dominicaine. Ces derniers temps, en effet, de nombreux doutes ont été soulevés quant à la reconstruction après le séisme et sur la répartition équitable des fonds, nouvelles qui ont été ensuite amplifiées par les moyens de communication de masse. « Il est important de savoir ce qui se passe réellement parce que des nouvelles peu claires ou privées de fondements circulent et il est bien de connaître ce que sont les véritables problèmes » a déclaré le Cardinal dans le contexte de la rencontre qui a débuté lundi soir, 12 mars, entre les Conférences épiscopales des deux pays de l’île. A l’ordre du jour des travaux des Evêques de la République dominicaine et d’Haïti se trouvent différents thèmes à discuter aujourd’hui dont la présence des citoyens haïtiens dans le pays (voir Fides 07/03/2012).
Dans la note envoyée à l’Agence Fides, on peut lire ces paroles du Cardinal : « C’est une situation qui ne concerne pas seulement les deux Conférences des Evêques mais qui devient maintenant également une préoccupation ». Le Cardinal a indiqué que « Haïti se trouve dans une situation très difficile » et que les Evêques ont fait l’effort de venir pour rencontrer les Pasteurs dominicains « pour discuter de la situation interne que vit Haïti et proposer des actions permettant d’aider les personnes des deux nations, en particulier les plus pauvres et les plus vulnérables ».
S.Em. le Cardinal Lopez Rodriguez a expliqué que tant l’Eglise que le gouvernement dominicain ont déjà envoyé des aides à Haïti et sont dans l’attente d’envoyer une deuxième contribution aux Evêques de cette nation. La rencontre entre les deux Conférences épiscopales ne constitue pas une nouveauté. Le programme initial prévoyait une rencontre de deux jours mais les Evêques d’Haïti ont demandé à ce qu’elle soit écourtée à une journée seulement de manière à pouvoir rentrer au plus tôt dans leur pays. (CE) (Agence Fides 13/03/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network