AMERIQUE/NICARAGUA - L’instruction aide à combattre la pauvreté. Il s’agit de la ressource la plus importante qu’un être humain puisse acquérir

mardi, 14 février 2012

Managua (Agence Fides) – Une nouvelle année scolaire et universitaire vient de débuter au Nicaragua pour 1,6 millions d’élèves et d’étudiants allant de l’école maternelle à l’université. La forte fréquentation est due à l’accès gratuit à l’instruction proposée par l’actuel gouvernement comme stratégie pour combattre la pauvreté dans le pays. A partir de 2007, l’Etat a établi que l’enseignement était gratuit mais sans réaliser dans le même temps de programmes sociaux, rendant de facto impossible l’intégration de masse des élèves et étudiants. Des programmes tels que « Zéro Faim », dont ont bénéficié plus de 100.000 femmes, ont permis à autant de familles de disposer d’animaux et de subventions en vue de la production et de la vente d’aliments, favorisant les enfants et les jeunes, souvent contraints à ne pas fréquenter l’école parce qu’employés dans les champs avec leurs parents. En effet, dans une famille disposant de faibles ressources économiques, vient immédiatement à se créer le problème de savoir auquel des enfants faire faire des études et quels autres envoyer travailler.
Déjà en 1979, avait été lancée une grande campagne nationale contre l’analphabétisme qui réduisit le nombre des illettrés de 60 à 12,5% mais, à partir de 1990, le programme en question fut laissé de côté. Au cours de l’inauguration de l’année scolaire, dans une note de la Coordinatrice du Conseil pour les Communications, on peut lire que le pays a besoin d’une meilleure instruction afin de lutter contre la pauvreté et pour la construction d’un modèle de développement chrétien et solidaire. « L’instruction pour créer de la richesse matérielle et du bien-être spirituel est un pilier pour promouvoir l’équité, la justice, l’unité et la compréhension » a-t-elle déclaré. Dans son intervention, S.Em. le Cardinal Miguel Obando Bravo, Archevêque émérite de Managua, a mis en évidence l’action du gouvernement en faveur de l’acculturation de la population, soulignant que l’instruction est également la ressource la plus importante qu’un être humain peut acquérir dans sa vie, un facteur indispensable au développement national et l’élément formatif en vue de l’autonomie, la justice et la solidarité sociales. (AP) (Agence Fides 14/02/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network