http://www.fides.org

Asia

2004-12-14

ASIE / SRI LANKA - Soutenir la paix et la réconciliation après vingt ans de conflit : les nouveaux programmes de la Caritas

Colombo (Agence Fides) - Soutenir les efforts de paix et de réconciliation dans un pays divisé par vingt ans de guerre civile ; éduquer les jeunes à développer leur confiance dans l’avenir, l’esprit d’initiative, dans une attitude pacifique envers le prochain ; aider les enfants traumatisés par la violence. Tels les principaux programmes de la Caritas du Sri Lanka, qui a renouvelé son engagement social dans un pays où le conflit de vingt ans entre armée régulière et rebelles tamils est interrompu officiellement par un cessez-le-feu, mais où les efforts de médiation pour une négociation définitive ne sont pas encore parvenus à leur terme.
La Caritas s’occupe depuis 1999 de la reconstruction des maisons et des écoles détruites par le conflit ; ce dernier a fait 65.000 morts et 500.000 réfugiés, en cherchant à développer des programmes qui rapprochent les deux ethnies, Cingalais et Tamils, divisées par la guerre civile.
L’action de la Caritas s’est concentrée surtout auprès des jeunes et des étudiants, en organisant des séminaires et des ateliers sur les thèmes de la paix, de la non violence, des droits de l’homme, en cherchant à faire des jeunes les protagonistes du processus de paix.
Pour appuyer la Caritas du Sri Lanka, la Caritas Internationalis, qui regroupe 162 organismes à l’œuvre dans 200 Etats, a lancé un appel pour la collecte de 400.000 dollars, qui serviront à financer les initiatives de la Caritas au Sri Lanka.
Quant au processus de paix, il est bloqué depuis le mois d’avril 2003. Les rebelels tamils demandent la création d’une administration ad intérim dans le Nord et dans l’Est de l’île ; le gouvernement n’a pas accepté cette proposition, car de nombreux hommes politiques considèrent que négocier l’autonomie voudrait dire donner naissance à la sécession. Des sources de l’agence Fides notent toutefois l’urgence de reprendre le dialogue car, dans cette situation d’impasse, on pourrait aisément retomber dans un conflit ouvert. (P.A.)
(Agence Fides, 14 décembre 2004, 27 lignes, 340 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network