AMERIQUE/HAÏTI - Manifeste pour la Défense des droits humains des émigrants haïtiens au Brésil

vendredi, 27 janvier 2012

Bogotá (Agence Fides) – « Les organismes nationaux et internationaux de soutien à la migration, ainsi que les groupes de recherche sur la migration des différentes Universités brésiliennes, suivent avec préoccupation la situation que vivent les émigrants haïtiens dans la région frontalière du nord du Brésil et la couverture médiatique de cette réalité au Brésil et à l’étranger ». C’est ce qu’affirme un communiqué du CELAM relatif à la Défense des Droits humains des migrants haïtiens envoyé à l’Agence Fides qui se propose de travailler avec le gouvernement d’Haïti et avec les organismes internationaux concernés par les problèmes de la migration afin de freiner l’action de la criminalité organisée (surnommée « coyotes ») au sein des mouvements migratoires.
Le texte continue : « Conscients du fait que cette nouvelle réalité doit être affrontée comme un problème de droits humains, comme tous les flux migratoires qui commencent à augmenter dans la région du Brésil, nous voulons suggérer au gouvernement brésilien de prendre en considération la possibilité, en ce moment, de rendre concrète l’attitude humanitaire qui caractérise les discours et les actions du gouvernement sur des questions relatives aux relations internationales et qui ont aidé le Brésil à disposer d’une reconnaissance politique et économique dans le contexte international ».
Le document, signé par une série d’organismes culturels et relatif au phénomène migratoire, propose 11 points à réaliser parmi lesquels nous citons : informer la société sur les motifs qui causent l’émigration de nombreux haïtiens en direction du Brésil, stimuler les brésiliens à participer à des initiatives de solidarité envers tous les haïtiens arrivés sur leur territoire, sensibiliser les moyens de communication de masse afin qu’ils ne créent pas d’alarmisme et qu’ils ne criminalisent pas les haïtiens, travailler conjointement avec les gouvernements des Etats latino-américains en vue d’une insertion sociale des haïtiens dans les différents pays, élaborer avec les pays de transit les mesures nécessaires afin de garantir une migration sûre, travailler avec le gouvernement haïtien et les organisations internationales afin de réprimer les actions criminelles contre les migrants, lancer des études adéquates sur le phénomène prenant en considération également les attentes, la formation et les possibilités d’intégration des haïtiens au sein de la société brésilienne, redéfinir le processus d’élaboration des politiques migratoires avec comme objectif l’intégration et le respect des droits humains.(CE) (Agence Fides 27/01/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network