ASIE/LAOS - Une église et un édifice chrétien placés sous séquestre pour « activités religieuses non autorisées »

samedi, 14 janvier 2012

Savannakhet (Agence Fides) – Les autorités du district de Savannakhet ont confisqué une église et un édifice chrétien du village de Nadaeng suite à des « activités de culte et activités religieuses non autorisées ». Il s’agit là du énième cas d’abus contre la liberté religieuse signalé à l’Agence Fides par le « Human Rights Watch for Lao Religious Freedom » (HRWLRF), organisation de fidèles laotiens basée aux Etats-Unis. Les chrétiens de Nadaeng ne sont pas « reconnus par l’Etat ». Voici environ un mois, ils avaient reçu un avertissement de la part de la police, les invitant à « cesser d’utiliser leurs édifices pour des activités religieuses ». Attendu que les fidèles de Nadaeng, ignorant cette disposition, ont célébré Noël et continué à utiliser l’édifice pour des rencontres religieuses, le Bureau provincial pour les Affaires religieuses de Savannakhet en a décidé la confiscation. Les fonctionnaires préposés ont mis en garde les fidèles contre « les tactiques trompeuses des ennemis d’Occident qui utilisent la religion chrétienne pour s’opposer à l’actuel système politique laotien ».
Les autorités de Savannakhet ont déclaré reconnaître seulement sept églises dans sept zones précises de la province de Savannakhet : Tungsamakee, Posai Tai, Dongpoong, Kengkok, Songkorn, Nakham et Saynoun. Attendu que l’église de Nadaeng n’a pas été reconnue par les autorités, toutes les activités religieuses sont considérées comme illégales et toutes ses possessions comme appartenant à l’Etat. Il existe actuellement trente églises au sein de la province de Savannakhet. Outre les sept reconnues, les 23 autres risquent à tout moment d’être confisquées par les autorités laotiennes. L’église chrétienne de Nadaeng a été construite en 1959 et a depuis lors toujours fonctionné, sortant indemne des différentes campagnes de répression anti-religieuse. Toutefois, voici 19 ans, elle avait reçu une autorisation d’un responsable local, autorisation qui a maintenant été révoquée. Le HRWLRF relance l’appel en faveur de la pleine liberté religieuse dans le pays. (PA) (Agence Fides 14/01/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network