http://www.fides.org

Asia

2011-11-12

ASIE/VIETNAM - Plus de 1.500 séminaristes et de 80.000 jeunes catéchistes : l’avenir de l’Eglise est radieux

Ho Chi Minh Ville (Agence Fides) – « C’est la foi dans le Christ qui est l’espérance pour les nouvelles générations de jeunes vietnamiens. Ces jeunes, qui sont tournés vers l’économie de marché, le consumérisme, la civilisation de l’image, cherchent de nouvelles réponses pour étancher leur soif de vérité et de nouveaux modèles de vie » : c’est de que déclare, dans un entretien accordé à l’Agence Fides, le Père Joseph Do Manh Hung, théologien, Vice-recteur du Grand Séminaire de Ho Chi Minh Ville et Secrétaire de la Commission pour le Clergé de la Conférence épiscopale du Vietnam. Le Secrétaire considère avec confiance l’avenir de la communauté chrétienne au Vietnam, notant d’un côté « les signaux d’ouverture du gouvernement » et de l’autre la floraison des vocations avec plus de 1.500 séminaristes et 80.000 jeunes laïcs engagés dans la pastorale.

Quelles sont les perspectives et les espoirs des chrétiens au Vietnam ?
Les espoirs en ce qui concerne la foi chrétienne se basent surtout sur les jeunes. L’Eglise au Vietnam compte 7 millions de fidèles sur une population totale de 87 millions de personnes. Et les jeunes forment une grande partie de ce total. Dans 7 Grands Séminaires (2 au nord, 2 au centre et 3 dans le sud), nous avons plus de 1.500 séminaristes et cette floraison de vocations est pour nous une source de confiance. La foi se fortifie mais, dans le même temps, est lancé le défi représenté par l’ouverture à l’économie de marché, au consumérisme, à la civilisation de l’image. Ce défi concerne surtout les jeunes, y compris les séminaristes et les futurs prêtres qui ont besoin d’une formation adéquate. Cette œuvre de formation passe par l’utilisation et le développement de techniques modernes.

Comment va l’évangélisation ?
Pour ce qui est de l’évangélisation, elle connaît encore des limitations mais une réflexion attentive est en cours au sein de l’Eglise sur les modalités de sa mise en œuvre surtout dans le domaine de la formation des prêtres et des laïcs afin que tous les fidèles aient une conscience réellement missionnaire. En particulier, au Grand Séminaire de Ho Chi Minh Ville, à l’occasion de la Journée missionnaire mondiale du 23 octobre dernier, nous avons sensibilisé la population au travers de témoignages missionnaires.

Quelle est l’importance du laïcat dans la vie de l’Eglise ?
Lorsque je pense aux laïcs, je pense surtout aux jeunes qui constituent le moteur de la mission de l’Eglise dans la société. Ceci est démontré par le fait que, sur un total de 80.000 catéchistes environ présents sur l’ensemble du territoire au sein de 26 Diocèses, la presque totalité est composée de jeunes. Après avoir fréquenté le catéchisme, les jeunes peuvent enseigner et devenir à leur tour catéchistes. Certes, les jeunes du Vietnam vivent des problèmes sociaux tels que le chômage et la pauvreté qui rend difficile la vie des familles. Mais l’annonce de l’Evangile aux jeunes constitue un grand défi qui a besoin de beaucoup de persévérance.

Quelle est la qualité des rapports avec le gouvernement ?
Nous vivons une période au cours de laquelle on enregistre une progressive ouverture de la part du gouvernement en ce qui concerne la foi chrétienne et l’Eglise. Au cours des périodes sombres, comme par exemple après 1975, tout le pays se trouvant sous le régime communiste, les séminaires furent fermés. Ils ont été rouverts en 1986 et, alors, il nous était permis d’y faire entrer de nouveaux séminaristes une fois tous les six ans. Par la suite cette cadence des nouvelles entrées est passée à 3 ans puis à deux pour arriver en 2008 à une décision gouvernementale autorisant l’entrée de nouveaux séminaristes chaque année. Il nous faut cependant envoyer la liste des candidats aux autorités locales et en recevoir une autorisation. Malgré cela, nous pouvons dire qu’une nette amélioration a eu lieu à partir de 1986 et aujourd’hui on en voit les résultats.

Quelles difficultés rencontre aujourd’hui l’Eglise au Vietnam ?
Les difficultés existent mais elles se dépassent au travers d’un dialogue constructif. Elles concernent surtout les thèmes relatifs au personnel ecclésiastique comme nous l’avons vu ou bien encore la question des propriétés immobilières et des terrains confisqués à l’Eglise, problèmes à propos desquels nous dialoguons. L’an dernier a eu lieu l’Assemblée du Peuple de Dieu à l’occasion du 50ème anniversaire de l’institution de la hiérarchie catholique dans le pays. A cette occasion, nous avons réaffirmé que, malgré les difficultés, nous voulons être, en tant qu’Eglise, au service de la société, en participant activement au développement de la nation. (PA) (Agence Fides 12/11/2011)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network