http://www.fides.org

Sciences et Medecine

2004-11-30

SPECIAL 1° DECEMBRE, JOURNEE MONDIALE CONTRE LE SIDA - En un an 39.400.000 de cas enregistrés, et 3.100.000 morts dans le monde

Rome (Agence Fides) - En 2004, on a enregistré dans le monde 39.400.000 cas dont 37.200.000 adultes et 2.200.000 enfants de moins de 15 ans : 17.600.000 des adultes touchés sont des femmes.
En Afrique sub-saharienne, le total des adultes et des enfants touchés est de 25.400.000 ; en Afrique du Nord et au Moyen-orient : 540.000 ; en Amérique Latine : 1.700.000 ; aux Caraïbes : 440.000 ; en Amérique du Nord : 1.000.000 ; en Europe occidentale : 610.000 ; en Europe orientale et en Asie centrale : 1.400.000 ; en Asie de l’est : 1.100.000 ; en Asie du sud et du sud-est : 7.100.000 ; en Océanie : 35.000.
Les nouveaux cas de SIDA dans le monde ont été de 4.900.000, 4.300.000 adultes et 640.000 enfants. En Afrique sub-saharienne, le totale des adultes et des enfants est : 3.100.000 ; en Afrique du Nord et au Moyen-Orient : 92.000 ; en Amérique Latine : 240.000 ; aux Caraïbes : 53.000 ; en Amérique du Nord : 44.000 ; en Europe occidentale : 21.000 ; en Europe orientale et en Asie centrale : 210.000 ; en Asie de l’est : 290.000 ; en Asie du sud et du sud-est : 890.000 ; en Océanie : 5.000.
Le nombre des morts du SIDA dans le monde est de 3.100.000, 2.600.000 adultes et 510.000 enfants. Le totale des adultes et des enfants au plan régional est le suivant : Afrique sub-saharienne, 2.300.000 ; en Afrique du Nord et au, Moyen-Orient : 28.000 ; en Amérique Latine : 95.00 ; aux Caraïbes : 36.000 ; en Amérique du Nord, 16.000 ; en Europe occidentale : 6.500 ; en Europe orientale et en Asie centrale : 60.000 ; en Asie de l’est : 51.000 ; en Asie du sud et du sud-est : 490.000 ; en Océanie : 700.

Les femmes représentent près de la moitié des 37.200.000 adultes séropositifs de 15 à 49 ans

Depuis que le virus a été identifié, en 1981, plus de 23.000.000 de personnes sont mortes dans le monde.
Les femmes représentent presque la moitié des 37.200.000 adultes séropositifs de 15 à 49 ans. Le taux le plus élevé de diffusion du virus est enregistré dans l’Asie de l’est (56%), dû en grande partie à l’épidémie croissante en Chine, en Indonésie et au Vietnam, et dans l’Europe de l’Est (48%), en particulier Ukraine et Russie. La Russie compte 860.000 séropositifs et est le pays européen le plus touché.
En Afrique sub-saharienne, 60% environ (13.300.000) adultes séropositifs sont des femmes. En Afrique, 76% des jeunes de 15 à 24 ans séropositifs sont des jeunes filles.
La situation est grave dans le monde entier, non seulement en Afrique mais aussi dans des régions traditionnellement considérées comme « pauvres », comme le Pérou où, dans la Capitale Lima, se concentrent 76% des malades du SIDA : 16.000 personnes ayant déclaré la maladie, et 75.000 séropositifs. Une autre situation particulièrement dramatique se trouve au Swaziland (986.000 habitants), avec 38,6% de femmes enceintes séropositives, et 47% d’adultes de 20 à 39 ans. A la fin de 2004, on compte 69.000 orphelins à cause du SIDA.

La situation dans les Pays de l’Union Européenne : moins en cas en 2003, mais 50% en Italie et en Italie

La diffusion du SIDA en Europe montre d’un côté une réduction des nouveaux cas : en 2003, il y en avait eu 6.441, avec une baisse de 24% par rapport à 2002 ; mais 50% des cas continuent à être concentrés en Italie et en Espagne. D’un autre côté, on assiste à une recrudescence du nombre des séropositifs, passé de 7.641 cas en 1996 à 13.257 cas en 2003, avec une augmentation de 75%
Eurostat, le service statistique de l’Union Européenne, souligne la progression préoccupante du virus (un peu plus de 40%) qui a touché surtout les femmes. L’Europe semble les avoir oubliées dans la lutte contre le SIDA : en 2003, 69,5% en moyenne des nouveaux cas de SIDA étaient diagnostiqués chez les femmes. En 1995, elles étaient 43,8%
En Italie, l’an passé, elles représentaient 68,4% ; ce pourcentage est supérieur de 80% en France, en Suède et au Danemark, et de 90% au Royaume Uni, et en Belgique, et de 100% en Grèce.
Le cadre présenté par l’Union Européenne sur sa propre situation n’est pas rassurant, surtout dans le domaine de la transmission. L’incidence de la maladie est en régression. Pour 2003 le taux moyen d’incidence en Europe est estimé à 14,2 cas par millions d’habitants (il était de 56,3 en 1994) ; mais les différences de pays à pays sont importantes. A la première place, le Portugal avec 78,6 cas par million d’habitants, en dernière place, la Slovaquie avec 0,4%. L’Italie, en 2003 est en troisième place après l’Espagne, avec 30,6 cas de SIDA par million d’habitants (ils étaient 96,3 en 1994)
Dans 41,8% des cas nouvellement diagnostiqués, la cause est la suivante : les contacts hétérosexuels non protégés ; puis l’usage de drogues par voie intraveineuse (30,7%), relations homosexuelles (près de 20%).
Le tableau suivant donnes les Pays de l’Union européenne avec les cas d’incidence de SIDA supérieure à 10% par millions d’habitants :

PAYS 1994 2003

Portugal 68,1 78,6
Espagne 188,4 32,8
Italie 96,3 30,6
Lettonie 0,8 25,0
Luxembourg 32,5 17,8
Royaume Uni 31,8 14,1
France 100,1 11,5
Union Européenne 56,3 14,2
(A.P.)
(Agence Fides, 30 novembre 2004, 80 lignes, 912 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network