AFRIQUE/TUNISIE - « Je suis optimiste pour l’avenir de la Tunisie » indique l’Archevêque de Tunis à la veille des élections

samedi, 22 octobre 2011

Tunis (Agence Fides) – « La situation est vraiment calme. Hier soir, la campagne électorale s’est achevée sans aucun incident et maintenant nous vivons l’attente du scrutin » déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Maroun Elias Lahham, Archevêque de Tunis, à la veille du premier scrutin libre en Tunisie. Demain, 23 octobre, 11.000 candidats se disputeront les 218 sièges de l’Assemblée constitutionnelle qui devra rédiger une nouvelle Constitution. Les électeurs enregistrés sont au nombre de 7 millions.
Nombreux sont les partis en lice, la majeure partie desquels s’est formée au lendemain de la chute du régime du Président Ben Ali. S’agissant de la possibilité que cette situation puisse créer la confusion parmi les électeurs, Mgr Lahham répond : « Les partis tunisiens sont au nombre de 120 dont 110 ont présenté des candidats aux élections. Ceci risque certainement de provoquer la confusion chez les électeurs, confusion accentuée par le fait que c’est la première fois que les tunisiens votent dans le cadre d’élections vraiment libres. Ils ne sont pas habitués à la campagne électorale, conduite par ailleurs par les partis sur la base de promesses plus ou moins identiques. L’enthousiasme est présent mais l’incertitude l’est aussi ».
L’Archevêque de Tunis ajoute que « la Tunisie est dans tous les cas sur le chemin de la démocratie. Il s’agira d’un modèle de démocratie fait par les tunisiens. Il n’existe pas de modèle standard de démocratie valide pour tous les pays. Chacun crée son modèle, en l’adaptant à ses propres conditions sociales et culturelles. Je suis optimiste pour l’avenir du pays » conclut Mgr Lahham. (L.M.) (Agence Fides 22/10/2011)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network