http://www.fides.org

America

2011-07-05

AMERIQUE/COSTA RICA - « Nous sommes témoins de la grande souffrance des migrants » affirment les Evêques d’Amérique centrale et d’Amérique du nord

San José (Agence Fides) – Les Evêques d’Amérique centrale et d’Amérique du nord demandent à leurs gouvernements respectifs de prendre la responsabilité de la sauvegarde juridique des immigrés. Dans une déclaration récente, ils affirment être « témoins de la grande souffrance des migrants dans nos pays et nos régions », migrants qui doivent souvent affronter l’exploitation et les abus de la part des autorités, des employeurs et des organisations criminelles. Tout en reconnaissant le droit des nations souveraines à émaner des lois, les Evêques considèrent « injustes et inhumaines et devant donc être modifiées, les lois qui provoquent la séparation des familles des migrants, la détention arbitraire et les menaces contre la vie ». Ces conséquences – poursuit le texte dont une copie est parvenue à l’Agence Fides – se reflètent en particulier dans une montée en puissance de la violence. L’augmentation dramatique du nombre des enlèvements et des meurtres de migrants au Mexique de la part d’organisations criminelles exige une réponse urgente. Le massacre de 72 personnes ayant eu lieu à Tamaulipas au Mexique en 2010 et la récente découverte de 200 cadavres dans le nord du pays sont de terribles tragédies qui ont fait l’objet de peu d’attention de la part des autorités. Les migrants qui ont été enlevés puis relâchés ont subi de graves traumatismes et n’ont reçu ni soutien ni soins. « Nous demandons à nos gouvernements – souligne le document – de travailler ensemble afin de réduire ce danger pour les migrants et de punir les responsables ».
La déclaration a été publiée après une récente réunion régionale dédiée au thème des migrations qui a eu lieu à San José, capitale de Costa Rica, et à laquelle ont participé les Evêques représentant les Etats-Unis, le Mexique, Panama, le Honduras, le Guatemala ainsi que les représentants de la Caritas Internationalis et un certain nombre d’experts en matière d’émigration. L’Eglise est depuis longtemps sensible à ce phénomène et travaille de manière organisée dans ces pays qui sont particulièrement touchés (voir Fides 03/06/2009).
Les Evêques encouragent à travailler pour le bien commun, en créant des conditions économiques telles qu’elles permettent aux personnes de disposer d’opportunités dans leurs propres pays et ainsi de ne pas devoir aller chercher un avenir meilleur dans d’autres nations. Les Evêques ont également rappelé que les « immigrés » sont ceux qui cherchent du travail, un asile ou un refuge ainsi que les victimes du trafic d’êtres humains.
La déclaration exprime la préoccupation croissante face à l’augmentation du nombre d’enlèvements et de meurtres parmi les immigrés, surtout le long de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. La Commission nationale pour les droits de l’homme du Mexique indique que près de 10.000 immigrés ont été séquestrés entre 2008 et 2009. (CE) (Agence Fides 05/07/2011)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network