http://www.fides.org

Africa

2003-06-23

AFRIQUE / NIGERIA - INCURIE ET INGERENCE A LA BASE DE LA TRAGEDIE DE L’OLEODUC, DECLARE MGR ONAIYEKAN

Abuja (Agence Fides) – « C’est une nouvelle tragédie provoquée par la négligence de ceux qui devraient contrôler une des installations les plus importantes du Nigéria », C’est le commentaire fait à l’agence Fides par Mgr John Orlorunfemi Onaiyekan, Archevêque de Abuja, et Président de la Conférence Episcopale du Nigeria, après l’explosion sur l’oléoduc du jeudi 19 juin, près du village de Onicha Amiy-Uhu, dans le sud-est du Nigéria : plus de 100 personnes y ont trouvé la mort : « Certainement, le nombre des victimes est plus élevé, parce que les activités de secours ne sont pas terminées, et parce que de nombreux blessés sont dans des conditions graves ».
De puis 1998, c’est le neuvième désastre de ce genre sur un oléoduc au Nigéria, avec des centaines de victimes. « L’incurie des responsables de l’industrie pétrolifère, l’ignorance et la pauvreté de ceux qui perforent les conduites pour voler le carburant, sont à la base de ces tragédies… Le réseau des oléoducs nigérians passe dans régions habitées, dans des villages, et dans des champs cultivés. Les conduites ne sont pas enterrées et sont à la portée de la main des voleurs. Tout le monde vole un peu : les paysans qui font un trou sur leur terrain et prélèvent le pétrole dans des seaux, jusqu’aux organisations criminelles qui arrivent à remplir des camions-citernes. Dans ce dernier cas, il n’est pas possible que les autorités ne s’en aperçoivent pas. Ce n’est malheureusement pas un mystère que notre pays est frappé également par la plaie de la corruption ».
« L’Eglise fait une œuvre de prévention en cherchant à convaincre les gens que l’on ne peut risquer sa vie pour un peu d’argent, et que voler est un acte contraire aux principes chrétiens. Nous faisons pression en outre sur les administrateurs de la chose publique, pour qu’ils fassent respecter les lois et combattent la corruption ». (L.M.)
(Agence Fides, 23 juin 2003, 25 lignes, 330 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network