AFRIQUE/TUNISIE - Selon le Père Mussie Zerai, on enregistre « une timide accélération des procédures relatives au transfert des réfugiés accueillis en Tunisie dans d’autres pays »

vendredi, 10 juin 2011

Tunis (Agence Fides) – « Les réfugiés ont été transférés du camp où, ces jours derniers, avait été incendiées un certain nombre de tentes, sur une colline non loin d’un détachement de l’armée tunisienne » déclare à l’Agence Fides le Père Mussie Zerai, prêtre érythréen, Président de l’Agence Habeshia pour la Coopération au Développement dont les membres assistent les réfugiés ayant fui la Libye et qui ont été accueillis au camp de Choucha, à quelques 25 Km de la ville de Ras Ajdir, en Tunisie. Entre le 21 et le 23 mai, des incidents se sont vérifiés dans le camp en question entre réfugiés de différentes nationalités et avec la population locale. Différentes tentes ont été incendiées, quatre personnes perdant la vie dans cet incendie (voir Fides 26/05/2011).
« Quelque chose bouge également en ce qui concerne les procédures relatives au transfert des réfugiés dans les pays qui se sont déclarés disposés à les accueillir. Cela dépendra également du nombre des personnels que l’UNHCR (Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés) enverra sur place afin d’exécuter les opérations bureaucratiques » déclare le Père Mussie Zerai qui se démontre cependant confiant notamment parce que « il m’a été dit que, dans les prochains jours, le Haut Commissaire de l’ONU pour les réfugiés se rendra dans le camp. Nous verrons si cette visite contribuera à accélérer les procédures ». Après le rapatriement des personnes n’ayant pas droit au statut de réfugié politique, sont demeurés dans le camp les réfugiés de nationalités érythréenne, éthiopienne et somalienne ainsi qu’un certain nombre de soudanais du Darfour. (L.M.) (Agence Fides 10/06/2011)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network