http://www.fides.org

Asia

2004-07-28

ASIE / PHILIPPINES - Retourner à la table des négociations, reprendre le dialogue, arriver à une paix juste et durable : appel des Evêques et des Oulémas au gouvernement des Philippines et aux rebelles islamiques

Davao (Agence Fides) - La voix des dirigeants religieux, chrétiens et musulmans, se fait de nouveau entendre avec force dans les Philippines du Sud : la « Bishop Ulama Conference » (BUC) qui réunit les Evêques catholiques et protestants et les oulémas, théologiens musulmans, a lancé un appel vibrant pour la paix, adressé au Gouvernement des Philippines et aux rebelles islamiques qui combattent dans le sud du pays, en particulier dans l’île de Mindanao.
Dans la nouvelle situation politique, après les élections présidentielles et la victoire de Mme Gloria Arroyo, un an après le cessez-le-feu signé au mois de juillet 2003, la BUC, réunie en assemblée dans la ville de Davao, a publié un message intitulé « La paix est la voie unique ». Le texte déclare : « Il faut retourner à la table des négociations, continuer le dialogue et les négociations qui avaient été interrompues par des circonstance inévitables. Beaucoup a été fait, beaucoup reste encore à faire pour notre pays. Il faut arriver à une paix juste et définitive ».
Le message a été diffusé le jour suivant le discours de la Présidente Arroyo sur l’état de la nation, qui n’a pas « mentionné expressément le processus de paix », comme l’ont noté des observateurs politiques et religieux.
Mgr Fernando Capalla, Président de la Conférence Episcopale des Philippines, a déclaré qu’il avait demandé au Conseiller pour la Sécurité Nationale, M. Norberto Gonzales, de pouvoir parler avec la Présidente de cette question, ce qui se fera lors d’une rencontre prochaine entre la Présidente et les trois délégués de la BUC, Mgr Capalla, Mgr Ilario Gonzales, évêque protestant, et le professeur Mahid Mutilan, dirigeant musulman.
La BUC demande à tous les fidèles chrétiens et musulmans d’aider les négociations entre le gouvernement et les miliciens du « Moro Islamic Liberation Front » (MILF) : « Nous espérons, et nous prions pour cela, que, en reprenant le dialogue, on parviendra à une paix juste où il n’y ait pas de vaincus, mais seulement des vainqueurs ».
Pendant les travaux de l’assemblée de la BUC, qui comprenait de nombreux délégués musulmans et chrétiens, se sont fait jour plusieurs propositions pour réaliser concrètement la paix : respecter les accords déjà signés par le gouvernement et le MILF ; faire participer la BUC au processus de paix, en invitant des observateurs chrétiens et musulmans, commencer des négociations de paix au plan local, provincial et régional, former une équipe pour vérifier l’application du cessez-le-feu. (P.A.)
(Agence Fides, 28 juillet 2004, 35 lignes, 443 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network