http://www.fides.org

Asia

2004-06-23

ASIE / INDONESIE - « Nous sommes ici pour écouter et pour apporter une contribution à l’harmonie entre les croyances » : la voix des dirigeants religieux indonésiens, en visite chez le Saint-Père, recueillies par l’agence Fides

Rome (Agence Fides) - De l’Extrême-Orient, ils sont arrivés au Siège de Pierre pour « écouter, pour apprendre, et pour apporter une contribution pour la paix dans le monde » : c’est ce qu’ont déclaré à l’agence Fides les différents chefs religieux indonésiens qui ont été reçus le 23 juin par le Saint-Père. La délégation était composée de chefs musulmans, bouddhistes, hindous, catholiques et protestants.
Le Père Ignazio Ismartono, chef des rapports extérieurs de la Conférence Episcopale d’Indonésie, parmi les organisateurs du voyage, a expliqué à l’Agence Fides : « Avant tout, cette visite n’est pas le point de départ : nous travaillons sur cette ligne depuis longtemps, en apportant des idées d’harmonie religieuse et de paix spécialement dans les régions de conflit qui traversent l’Indonésie et le Sud-est asiatique. Par cette visite, nous voulons dire ‘Non’ aux conflits religieux, et souligner que la paix est possible. C’est pourquoi nous avons voulu apporter ce message en deux endroits symboliques, comme l’université islamique Al-Azhar au Caire, où la délégation a fait étape avant de venir à Rome, et le Vatican. De cette visite, nous voulons apprendre et écouter. Puis, nous voulons rappeler notre engagement à apporter une contribution pour la paix ».
Le professeur Sulastomo, musulman, est d’accord ; il est membre du Conseil des Oulémas Indonésiens, et nous déclare : « Nous sommes venus au Vatican pour promouvoir l’harmonie religieuse entre les peuples du monde. En Indonésie, nous avons cette mission spécifique : maintenir et développer la tolérance religieuse. Améliorer l’harmonie est un problème décisif pour le monde actuel. Le radicalisme se présente dans toutes les religions : c’est pourquoi il est important de se rencontrer entre responsables, pour trouver des voies pour promouvoir et pour construire la paix dans le monde ».
M. Richard Daulay, dirigeant protestant, chef de l’Association des Eglises Indonésiennes, nous déclare : « Notre mission est de promouvoir l’amitié et la fraternité. En venant ensemble ici, nous, dirigeants de communautés religieuses différentes en Indonésie, nous voulons construire des relations toujours plus étroites. C’est le but principal de cette visite. En Indonésie, comme dans d’autres parties du monde, se développe le fanatisme religieux. Des groupes radicaux veulent changer l’Indonésie en un Etat islamique ; mais la majorité des musulmans ne partage pas la proposition de ces extrémistes qui restent une toute petite minorité. Les principales organisations islamiques comme « Nahdlatul Ulama’ et Muhammadiyah’ ont la même vision et la même mission que les conférences des Evêques chrétiens : maintenir dans le Pays la Pancasila, les cinq principes à la base de l’Etat. En outre, le gouvernement a adopté des mesures de sécurité et des actions directes contre des groupes comme le réseau ‘Jemaah Islamiah’, pour combattre le terrorisme en Indonésie ».
M. Rusli, chef des représentants bouddhistes d’Indonésie, a déclaré pour sa part : « Comme communauté bouddhiste en Indonésie, nous assistons souvent les pauvres et nous travaillons dans les hôpitaux, et la majorité des gens que nous aidons sont des musulmans. Nous voulons promouvoir l’harmonie inter-religieuse à partir de notre vie quotidienne ». (P.A.)
(Agence Fides, 23 juin 2004, 43 lignes, 546 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network