http://www.fides.org

Asia

2004-06-08

ASIE / NEPAL - Une bombe sur une école catholique au Népal, mais aucune victime - L’Eglise poursuit son oeuvre pastorale et sociale

Katmandou (Agence Fides) - « Tous les Instituts d’instruction au Népal, y compris les écoles catholiques, sont actuellement fermés à cause de la menace des miliciens maoïstes. L’explosion dans notre école a causé beaucoup de peur mais il n’y a eu aucun blessé. Les rebelles veulent terroriser la population, mais même dans cette situation délicate, notre travail pastoral se poursuit et les gens l’apprécient ». C’est en ces termes que le Père Pius Perumana, Pro Vicaire Apostolique au Népal décrit à l’agence Fides la situation dans la communauté catholique du Népal, bouleversée par l’attentat du 6 juin contre l’école catholique « Petite Fleur » dans l’est du pays. L’école était déjà fermée depuis plusieurs jours, mais des enfants jouaient dans la cour. La bombe a explosé dans une salle où il n’y avait ni élèves, ni enseignants, et n’a fait que des dégâts matériels, mais pas de victimes et pas de blessés.
L’ensemble scolaire qui, d’après le Père Pius est un Institut renommé pour la qualité de son enseignement, accueille 800 élèves, de la crèche aux classes supérieures. Des prêtres y travaillent venus de l’Inde, ainsi que des religieuses et des laïcs.
Les parents des élèves sont à présent préoccupés face à cette situation. Le Père Pius nous déclare : « Nous savons que nous ne sommes pas les objectifs des maoïstes. Ils veulent semer la peur partout, ils protestent contre le gouvernement. Dans nos activités sociales et pastorales, nous sommes assez sereins. Pour le moment, l’instruction est suspendue dans tout le pays. Nous espérons que l’on pourra retourner bientôt à la vie normale ». Actuellement, le territoire du Népal est militarisé, avec des postes de contrôle partout.
L’Eglise catholique dirige 23 écoles au Népal, fréquentées aussi par des élèves non-chrétiens, et pourvoit à l’instruction de plus de 35.000 réfugiés du Bhoutan, installés dans des camps dans la partie orientale du Népal ; ils sont assistés depuis 1993 par le « Jesuit Refugee Service ». Les Missions et les écoles catholiques au Népal ont souffert ces dernières années des affrontements entre le gouvernement et les rebelles maoïstes, une guerre civile qui a fait 9.000 morts en 7 ans.
D’après des sources gouvernementales, ces derniers jours, la guérilla maoïste a enlevé plus de mille civils.Le Népal a une population de 23 millions d’habitants, dont 6.000 catholiques. La Mission du Népal a été instituée en 1983, en tirant son territoire de celui du Diocèse de Patna en Inde, et a été confiée aux Jésuites. En 1996, elle a été élevée au rang de Préfecture Apostolique et compte actuellement quatre paroisses.L’Eglise catholique n’a pas encore de reconnaissance juridique officielle de la part du gouvernement et est considérée comme une organisation non gouvernementale. (P.A.)
(Agence Fides, 8 juin 2004, 37 lignes, 469 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network