http://www.fides.org

Vaticano

2004-05-26

VATICAN - La catéchèse du Pape à l’audience générale : Dieu est juge mais aussi sauveur ; il condamne le mal, mais récompense la fidélité ; il est justice, mais surtout amour

Rome (Agence Fides) - « Dans cette prière ont sent battre le cœur des justes qui attendent dans l’espérance la venue du Seigneur pour rendre plus lumineuse l’aventure de l’humanité souvent plongée dans les ténèbres du péché, de l’injustice, du mensonge et de la violence ». Par ces expressions, le Pape Jean Paul II a commenté, ce mercredi 26 mai, lors de l’audience générale Place Saint-Pierre, le cantique « Le jugement de Dieu (Vêpres du jeudi de la 1° semaine, Apoc. 11,17 ; 12,10.12). Les vingt-quatre vieillards de la Cour céleste, qui représentent tous les justes de l’Ancienne et de la Nouvelle Alliance, entonnent un hymne dans lequel « ils adorent Dieu souverain du monde et de l’histoire, prêt désormais à instaurer son royaume de justice, d’amour et de vérité ». Les aspects de cette intervention céleste, qui définissent aussi le visage même de Dieu, sont au nombre de deux : Dieu « est juge, oui, mais aussi sauveur ; il condamne le mal, mais il récompense la fidélité ; il est justice, mais surtout amour ».
L’hymne présente aussi une scène grandiose de l’Apocalypse où s’affrontent le bien et le mal, l’Eglise et Satan. « A l’improviste, résonne une voix céleste qui annonce la défaite de l’<>… A présent, le dragon satanique est contraint de se taire, et, à la racine de sa défaite, ‘il y a le sang de l’Agneau’, la passion et la mort du Christ rédempteur. A sa victoire est associé le témoignage du martyre des chrétiens. Il y a une participation intime à l’œuvre rédemptrice de l’Agneau de la part des fidèles qui n’ont pas hésité à ‘mépriser la vie jusqu'à mourir’ ». Le cantique se conclut en invitant tout le chœur des Anges à s’unir à l’hymne de joie pour le salut obtenu. « Nous nous associons à cette voix dans notre action de grâces joyeuse et remplie d’espérance, a conclu le Pape, même au sein des épreuves qui marquent notre chemin vers la gloire ». (S.L.)
(Agence Fides, 26 mai 2004, 28 lignes, 375 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network