http://www.fides.org

Vaticano

2003-05-30

VATICAN - LA CATECHESE DU PAPE A L’AUDIENCE GENERALE : « DIEU N’ABANDONNE JAMAIS SON PEUPLE DANS LE GOUFFRE DU NEANT ET DU DESESPOIR

Rome (Agence Fides) – Lors de l’audience du mercredi 28 mai, le Pape Jean Paul II a commenté le psaume 107 de la liturgie des Laudes : « Louange à Dieu et demande d’aide ». « Il présente une caractéristique, à première vue surprenante. La composition n’est pas autre chose que la fusion de deux fragments de psaumes préexistants. Pratiquement le psaume 107 montre comment Israël, déjà dans l’Ancien testament, réutilisait et actualisait la Parole de Dieu révélée ».
Dans la nouvelle composition, l’espérance et le cauchemar se fondent ensemble et deviennent la substance d’une nouvelle prière, toute tendue à semer la confiance y compris au temps de l’épreuve vécue par toute la communauté ». Le psaume s’ouvre par un hymne joyeux de louange pour « la fidélité amoureuse du Seigneur vis-à-vis de l’alliance avec son peuple. Sur la base de cette fidélité, le peuple est sûr de n’être jamais abandonné de Dieu dans l’abîme du néant et du désespoir ».
Dans le deuxième partie du psaume, à l’angoisse d’Israël qui sent Dieu comme absent et distant, s’oppose la voix de l’oracle du Seigneur : « Avec des images colorées de bataille militaire ou de caractère juridique, on proclame la seigneurie divine sur la terre promise. Si le Seigneur règne, on ne doit pas craindre : on n’est pas ballottés de ci de là par les forces obscures du destin ou du chaos. Il y a toujours, dans les moments ténébreux, un projet supérieur qui régit l’histoire. Cette foi allume la flamme de l’espérance. Dieu indiquera de toute façon une voie de sortie… Dieu se révélera de nouveau, il reviendra soutenir et guider son peuple. C’est seulement de Lui que peut venir l’aide décisive, et non pas des alliances militaires étrangères, c’est-à-dire de la force des armes. C’est seulement avec Lui que l’on obtiendra la liberté et que l’on fera de grandes choses ». (S.L)(Agence Fides, 30 mai 2003, 28 lignes, 353 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network