http://www.fides.org

Africa

2004-05-06

AFRIQUE / NIGERIA - « Ce n’est pas une guerre de religion » disent à l’agence Fides des sources de l’Eglise du Nigéria commentant les récents affrontements dans le centre du Pays

Lagos (Agence Fides) - « Nous ne nous lasserons jamais de répéter que ce ne sont pas des affrontements religieux, entre chrétiens et musulmans, mais des luttes ethniques et politiques » déclare à l’agence Fides une source de l’Eglise locale contactée au Nigéria, commentant les nouvelles d’affrontements dans l’Etat de Plateau, dans le centre du Nigéria. « Il faut aussi de la prudence dans le langage : soyons attentifs avant de parler de génocide, comme certains l’ont affirmé » disent nos sources.
D’après le Ministre nigérian de la Justice, M. Abdulkadir Orire, 200 personnes ont été tuées dans des affrontements survenus dans la ville de Yelwa. Les attaquants avaient des armes automatiques, et beaucoup se demandent, au Nigéria, qui peut leur avoir fourni des armes de ce genre. « On parle d’affrontements entre chrétiens et musulmans ; en réalité, les raisons sont politiques, économiques, sociales, ethniques » déclarent les sources de l’Agence Fides. Au centre des violences, il y a les ethnies des Fulanis, musulmans qui se consacrent à l’élevage, et luttent pour le contrôle des meilleures terres contre les Taroks, agriculteurs chrétiens.
Le 26 février de cette année, 48 personnes, des femmes et des enfants, ont été tuées dans l’église de la communauté protestante COCIN (Church of Christ in Nigeria), par un groupe d’hommes armés qui a fait irruption dans le sanctuaire, en tuant sans discrimination les assistants. L’Etat de Plateau a déjà été le théâtre de violents affrontements durant les dernières années. Plus d’un millier de personnes ont été tuées en 2001 dans des incidents entre chrétiens et musulmans. En 2002, les affrontements ont fait des centaines de victimes. (L.M.)
(Agence Fides, 6 mai 2004, 24 lignes, 305 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network