http://www.fides.org

Africa

2004-04-01

AFRIQUE / GUINEE-BISSAU - Le Evêques de Guinée-Bissau interviennent à propos des récentes élections : « Grande maturité de l’électorat. Hommes politiques, prenez exemple auprès de la population ».

Bissau (Agence Fides) - Les électeurs ont fait preuve d’une grande maturité civique, même s’il y a eu de graves erreurs du point de vue de l’organisation. Tel est le sens du communiqué des Evêques de Guinée-Bissau sur les élections politiques du dimanche 28 mars dernier. La consultation électorale a été marquée par des carences dans l’organisation. La non distribution des urnes a empêché l’ouverture de 89 bureaux de vote sur 520. Les électeurs de ces bureaux ont été contraints de voter le mardi 30 mars.
« Les électeurs ont fait preuve d’une grande maturité civique, et ont manifesté leur vote, leur confiance dans la classe politique, en montrant qu’ils avaient compris et approfondi l’esprit démocratique, déclarent les Evêques. Nous savons que la démocratie est un processus d’apprentissage et, comme telle, est sujette à être améliorée. Tout n’a pas été parfait, puisqu’on a enregistré des erreurs graves, surtout au plan de l’organisation. A l’avenir, il sera nécessaire de corriger ces erreurs. Nous pensons toutefois que ces incidents ne touchent pas, dans l’essentiel, la qualité du processus électoral, étant donné que la plus gande partie des électeurs sont parvenus à exprimer librement leur vote ».
Face à l’attitude de l’électorat, les Evêques rappellent ses responsabilités à la classe politique : « Nous voulons demander à la classe politique la même maturité démocratique, le même amour pour la patrie, le même esprit de sacrifice dont a fait preuve la population en allant voter. Nous demandons aussi avec force à toutes les forces politiques d’accepter les résultats électoraux. La chose importante, en ce moment, est de regarder vers l’avenir, et de travailler à la reconstruction du pays, en faisant fonctionner les institutions démocratiques en vue de la construction d’une société plus organisée, plus solidaire, et en plus grande harmonie avec nos partenaires pour le développement et avec la communauté internationale ».
« Les déclarations des Evêques arrivent au moment opportun pour refroidir les esprits et les déclarations du chef du PRS, un des principaux partis locaux », déclare à l’agence Fides le Père Davide Sciocco, directeur de Radio Mansoa. « On n’a pas encore publié les résultats officiels du vote, mais, d’après les projections publiées par la presse, le vainqueur des élections devrait être le PAIGC, le parti qui a assuré l’indépendance du Pays vis-à-vis du Portugal, avec 50% des voix environ. Viendrait ensuite le PRS, puis le PUSD qui a reconnu sa défaite ».
« Le chef du PRS en revanche, a fait appel à la place, en invitant les électeurs qui n’ont pas pu voter à protester dans les rues, déclare le Père Sciocco. Son appel n’a pas été entendu mais il a toutefois créée un peu de tension dans le pays. Le Chef de l’Etat, le Commandant de l’armée ont lancé à la population un appel au calme. Les Evêques ont voulu à juste titre ajouter leur voix, d’autant plus que les observateurs internationaux ont déclaré que les élections avaient été libres et indépendantes. Les quelques districts électoraux où l’on n’a pas réussi à voter ne sont pas en mesure d’altérer le résultat électoral ». (L.M.)

(Agence Fides, 1° avril 2004, 42 lignes, 557 mots)
)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network