http://www.fides.org

Asia

2004-03-29

ASIE / COREE DU SUD - L’Eglise de Corée et du Japon rédigent un texte pour régler les blessures de l’histoire des deux peuples, au nom de la vérité et de la réconciliation

Séoul (Agence Fides) - L’Eglise travaille à reconstruire des liens et à réconcilier les peuples de Corée et du Japon : c’est le but d’un texte sur l’histoire de Corée et du Japon, qui sera publié dans les deux pays au mois d’avril prochain. La Conférence Episcopale de Corée, lors de sa dernière Assemblée générale, en a approuvé la publication et, en accord avec les Evêques du Japon, a décidé de publier ce livre en Corée et au Japon dans un climat d’amitié et de confrontation sereine entre les deux Eglises.
Le libre a été réalisé par l’Institut de Pastorale de Corée de la Conférence Episcopale, et traite de questions d’histoire et de culture des deux Pays voisins ; il veut donner aux jeunes coréens et japonais un discernement correct pour qu’ils puissent comprendre leur histoire et construire de bonne relations avec leurs voisins.
Le texte est le fruit d’une rencontre qui s’est tenue à Nagasaki à l’automne dernier entre les Evêques de Corée du Sud et du Japon ; au terme de la réunion, les Evêques ont lancé un appel à relire l’histoire à la lumière de la vérité et de la réconciliation. La rencontre est un fait habituel qui dure désormais depuis neuf ans.
Une des questions principales, approfondie grâce à la contribution d’historiens japonais coréens, était de reconstruire les événements historiques de la deuxième Guerre Mondiale, avec objectivité et selon des critères de vérité et de justice, base pour une réconciliation authentique.
Les Evêques ont beaucoup apprécié l’atmosphère de cordialité et d’amitié et se sont donnés rendez-vous à Séoul au mois de septembre 2004, en souhaitant que la rencontre puisse contribuer à créer des relations plus détendues entre les deux pays.
Les controverses existant entre le Japon et la Corée du Sud concernent l’occupation coloniale de la péninsule par l’Empire Nippon durant la deuxième Guerre Mondiale. Les Coréens, en particulier, contestent les livres d’histoire utilisés dans les écoles japonaises qui ne reconnaissent pas les atrocités de l’armée du Japon en Corée, et ne parlent pas des Coréens déportés au Japon comme esclaves, ou des 200.000 Coréennes déportées comme « femmes de réconfort » pour les soldats japonais. (P.A.)
(Agence Fides, 29 mars 2004, 31 lignes, 392 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network