http://www.fides.org

Europa

2004-03-26

EUROPE / ITALIE - 400.000 personnes fuient les villages du nord de l’Ouganda : le travail du Mouvement « Afrique Mission - Coopération et Développement » pour l’urgence humanitaire

Rome (Agence Fides) - Le drame de la population du nord de l’Ouganda prend, au fil des jours, des dimensions toujours plus graves. Le gouvernement central de Kampala semble être incapable de s’opposer de manière efficace à l’intensification des incursions et des méfaits accomplis par les rebelles de la LRA (Lord’s Resistance Army), qui sèment depuis longtemps la mort et la terreur jusque dans les districts de Katakwi et de Soroti, et surtout de Lira.
Plus de 400.000 personnes survivent dans des conditions inhumaines dans les camps de la région de Lira, où elles se sont réfugiées pour fuir les incursions des rebelles de la LRA. Pendant les attaques dans les villages, les hommes et les femmes sont tués sauvagement, on enlève les garçons et les filles de 7 à 16 ans. Les enfants sont ensuite contraints à commettre toutes sortes d’atrocités, et les filles deviennent les « femmes » et les esclaves des chefs. En 18 années de terreur, des milliers de personnes ont été victimes de cette guerre : on dénombre au moins 100.000 morts, plus de 20.000 enfants enlevés et entraînés à la guerre (8.400 en 2003), plus d’un million de personnes dispersées.
Le mouvement de laïcs « Afrique Mission - Coopération et Développement » fondé à Plaisance en Italie en 1972 par l’Abbé Vittorio Pastori (mort en 1994), est présent sur place malgré le risque d’attaques de la part des rebelles. Face à l’urgence dans la région de Lira, le Mouvement a distribué des aides en denrées de première nécessité ; il a reçu de l’ONU la charge importante de coordonner toutes les interventions de distribution des aides non alimentaires dans la région de Lira ; il a été le premier à faire des distributions en dehors de la ville, qui est la seule partie vraiment protégée par les militaires de Kampala.
M. Mauro Randone, 25 ans, diplômé en Biologie et Ecologie à la « Queen Mary University » de Londres, se trouve en Ouganda depuis 6 mois, avec la charge de Responsable des Projets du Mouvement. Dans une de ses dernières lettres, il décrit la situation en ces termes :
« Suite à l’attaque du samedi 21 février, au camps de Chuk Adek, dans le district de Lira, où plus de 250 personnes ont perdu la vie, on a tenu une réunion d’urgence entre toutes les ONG présente sur place, les Nations-Unies et les représentants du Gouvernement Local. Parmi les ONG italiennes présentes, il y avait ‘Afrique Mission - Coopération et Développement’ et ‘Coopération Internationale’. Notre Mouvement a effectué ensuite une intervention immédiate dans le camp de Agwengh, en distribuant des toiles plastifiées à 360 familles qui avaient échappé au massacre de Chuk Adek. Grâce à la collaboration entre la Croix-Rouge d’Ouganda, le Programme alimentaire Mondial et ‘Afrique Mission - Coopération et Développement’, on distribuera des aides <> (toiles plastifiées, couvertures, etc..) et de la nourriture. Les difficultés d’accès aux camps, souvent entourés par les rebelles, a eu comme résultat que peu d’organisations sont parvenues à apporter des aides de première nécessité aux gens en dehors de la ville. Il y a aussi une gande tension en ville, où, lors d’une manifestation pour la paix, la foule exacerbée a tué quelqu’un suspecté d’être un rebelle ; la police a tué 4 manifestants de la tribu des Acholis, et a brûlé des maisons. La police est intervenue avec des engins blindés pour disperser la foule. Ces incidents sont une nouvelle preuve que la tension entre les tribus Acholis (ethnie de la région de Gulu) et Langos (ethnie de la région de Lira) devient toujours plus grande, avec le risque potentiel de nouvelles violences entre les deux tribus, ce qui aurait des conséquences terribles pour le nord de l’Ouganda ».
Le projet d’aide « Afrique Mission » co-financé par la Coopération Italienne, se terminera à la fin mars 2004, avec la distribution de bêches et de semences à 9.000 personnes environ. En revanche pendant toute l’année 2004, se poursuivra « l’intervention d’urgence » qui se fera avec le seul soutien de bienfaiteurs. Le projet prévoit des interventions mensuelles pour la distribution de produits de première nécessité et de nourriture, en particulier dans les régions qui ne bénéficient d’aucune autre aide. (S.L.)
(Agence Fides, 26 mars 2004, 54 lignes, 742 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network