http://www.fides.org

Africa

2004-03-03

AFRIQUE / LIBERIA - Retour en Sierra Leone des réfugiés qui avaient cherché refuge au Libéria. Les Libériens qui s’étaient réfugiés dans les pays voisins commencent eux aussi à rentrer dans leur pays

Monrovia (Agence Fides) - Grâce à a réouverture de la route entre la Capitale du Libéria, Monrovia, et la frontière avec la Sierra Leone, le Haut-commissaire de l’ONU pour les Réfugiés (UNHCR) a relancé les opérations de rapatriement des réfugiés de Sierra Leone qui se trouvent au Libéria.
Les réfugiés de Sierra Leone encore présents dans les camps de la région de Monrovia sont au nombre de 13.000, mais il y aurait aussi 25.000 autre réfugiés non enregistrés par l’UNHCR. Ces gens se sont réfugiés au Libéria pendant la guerre civile en Sierra Leone, qui s’est terminée en 2001. La guerre civile y avait éclaté en 1999 et avait empêché le retour des réfugiés dans leur pays. A son tour, le conflit au Libéria a poussé des milliers de Libériens à chercher refuge dans les pays voisins.
L’UNHCR a mené une campagne pour annoncer la reprise du rapatriement par voie de terre, et pour encourager les réfugiés de Sierra Leone à rentrer dans leur pays, et à participer ainsi à la reconstruction de leur pays. Les opérations de rapatriement avaient été suspendues en 2002 suite à l’escalade des affrontements dans les comtés de Cape Mount et de Bomi, après que 19.500 réfugiés aient été rapatriés en passant par ces régions. L’UNHCR avait ensuite utilisé des bateaux et des vols commerciaux pour rapatrier les réfugiés. Ces opérations se sont souvent déroulées dans des circonstances très difficiles, comme par exemple pendant l’offensive sur Monrovia en juin-juillet 2003. L’UNHCR souhaite que la reprise des opérations de rapatriement par voie de terre, encourage de nombreux réfugiés à retourner chez eux, du moment que nombre d’entre eux avaient exprimé leur crainte de voyager par mer ou par air. D’après un communiqué du de l’UNHCR, « le déploiement des troupes UNMIL (la force de paix de l’ONU en Libéria) à Bo Waterside, qui a eu lieu il y a quelques jours, et les patrouilles régulières dans la région, ont ramené des conditions suffisantes de sécurité pour le transit des convois de rapatriement de Monrovia à Zimmi en Sierra Leone. Les camions des convois seront accompagnés par des membres de l’UNHCR, experts d’opérations sur le terrain et de sécurité, et par des ambulances et du personnel médical ».
La présence de l’UNMIL à Bo Waterside a rendu possible aussi à l’UNHCR d’aider des réfugiés libériens qui avaient été rapatriés récemment par leurs propres moyens des camps en Sierra Leone. La semaine dernière, 350 Libériens ont été transportés par l’UNMIL et l’UNHCR de la frontière de Bo Waterside à la Capitale Monrovia. La plus grande partie d’entre aux avait quitté les camps en Sierra Leone où s’étaient produites des tensions avec la population locale. L’UNHCR est en outre occupé à Monrovia dans l’accueil de 500 Libériens arrivés par leurs propres moyens de Sierra Leone où ils étaient réfugiés. L’UNHCR et les ONG partenaires enregistrent les réfugiés dans les camps d’accueil de manière à leur permettre de bénéficier de l’assistance, qui comprend des aides alimentaires et une installation dans les camps pour réfugiés. Les aides alimentaires seront fournies par le Programme Alimentaire Mondial des Nations-Unies (PAM). L’UNHCR continue en outre à recevoir des nouvelles de rapatriements spontanés dans d’autres régions du Libéria. Dans les six derniers mois de 2003, on a déjà enregistré 6.000 retours, principalement dans les comtés de Zwedru, Harper, Nimba et Upper Lofa.
L’UNHCR continue à contrôler le nombre des retours par des missions régulières sur place et avec la collaboration des agences partenaires. On a en outre distribué des aides pour usage domestique aux groupes les plus vulnérables, et relevé les bâtiments où mettre les bureaux et les habitations. L’UNHCR a lancé un appel pour 39 millions de dollars pour ses opérations en 2004 au Libéria ; elles comprennent des programmes de rapatriement et de réintégration pour 150.000 réfugiés et personnes dispersées. A plus long terme, l’UNHCR compte pouvoir aider au rapatriement de 320.000 réfugiés libériens qui se trouvent dans les Pays d’Afrique Occidentale. (L.M.)
(Agence Fides, 3 mars 2004, 51 lignes, 691 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network