http://www.fides.org

Africa

2004-03-01

AFRIQUE / CONGO-BRAZZAVILLE - L’Evêque de Kinkala en visite pastorale auprès des populations du sud-est du Congo, particulièrement touchées par la guerre de 1998-2003 : seul le pardon ouvre la voie à la Résurrection »

Brazzaville (Agence Fides) - Une grande mobilisation populaire a accueilli Mgr Louis Portella-Mbuyu, Evêque de Kinkala, lors de la visite pastorale de 12 jours, du 6 au 17 février, dans le secteur de Mondouli, à plus de 75 km au sud-est de la région du Pool au Congo-Brazzaville. Cette région a été longtemps isolée du reste du pays à cause de la rébellion de Frédéric Bintsamou, appelé « Ntumi », le chef d’un mouvement de guérilla qui sévit depuis 1998 dans la région du Pool.
D’après ce que rapportent à l’agence Fides des sources de l’Eglise locale, Mgr Louis Portella-Mbuyu a rencontré les chrétiens des différentes confessions religieuses dans les villages détruits ou touchés par la guerre. L’Evêque s’est rendu dans 16 communautés : Kimbedi, Kimfoutou, Loulombo, Mpassa-Mines, Kinkoumba, Kinkembo, Kingoyi, Mindouli, Missafoiuo, Kissanga, Louoengo, Kiloubi, Toungadiakou, Loutêté, Nkamou, et Massembo-Loubaki. L’accueil réservé à l’Evêque par les habitants de ces villages détruits a été au-delà de toutes les espérances. De Kimbedi à Massembo-Loubaki, en passant par Mindouli, Toungadiakou, la joie était à son comble. A Kimfoutou, la délégation épiscopale a été saluée par des coups de fusils de chasse, comme au temps passé, époque à laquelle on n’entendait pas les coups des kalachnikovs ou les explosions des missiles envoyés depuis les hélicoptères.
Les chrétiens de toute les confession, le personnel de l’administration locale, les militaires et les anciens combattants ont tout fait pour offrir à l’Evêque une visite agréable. A tous, l’Evêque a apporté le même message : l’amour de Dieu et l’engagement pour la reconstruction des villages détruits. L’Evêque a rappelé que le plan de Dieu pour le monde était un plan d’amour. Et la cause de la destruction dans l’histoire de l’homme est le manque d’amour, parce que seul l’amour est créateur. L’Evêque a invité tout le monde à surmonter le passé et à regarder vers l’avenir : seul le pardon ouvre la voie à la résurrection.
Durant sa visite, l’Evêque a donné le Sacrement de la Confirmation à 71 personnes à Mindouli, 39 à Kimbedi, et a baptisé 70 personnes.
La région visitée par Mgr Portella-Mbuyu a subi de grandes destructions entre 1998 et 2003. Tous les villages visités par l’Evêque ont été dévastés : églises, presbytères, maisons de religieux, salles paroissiales, écoles, dispensaires, maisons privées ont été brûlées et complètement détruites. Un seul exemple pour faire comprendre le niveau de destruction atteint. A Loulombo, où se trouve la tombe de l’Abbé Jan Czuba, prêtre polonais « fidei donum » tué au mois d’octobre 1998, il n’y a pas même un endroit pour se réfugier lorsqu’il pleut, à part ce qu’il reste de la petite sacristie. La plupart des habitants du lieu s cache toujours dans la forêt.
Du point de vue de la sécurité, dans plusieurs localités de la région où sont présents les soldats gouvernementaux ainsi que les anciens combattants de Ntumi, on a créé des comités mixtes pour la paix ; ils se réunissent régulièrement pour assurer l’ordre. De nombreux anciens combattants, en effet, se sont établis de nouveau dans leurs villages d’origine, et assurent un minimum de conditions de sécurité. A Kinkoumba, ce sont les anciens rebelles qui ont accueilli l’Evêque et assuré sa protection durant son séjour dans le village. Les anciens rebelles ont demandé à l’Evêque de décrire aux organismes internationaux présents dans d’autres parties de la région, le climat de sécurité de leur village, de manière à ce qu’ils se décident à envoyer du personnel et des aides humanitaires.
A la fin de sa visite, face à toutes ces démonstrations de foi, Mgr Portella-Mbuyu a remercié Dieu pour la foi et pour l’espérance des chrétiens qui n’ont pas faibli, malgré les deuils et les destructions. (M.S.T.) (L.M.)
(Agence Fides, 1° mars 2004, 49 lignes, 647 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network