http://www.fides.org

Asia

2004-02-24

ASIE / COREE DU SUD - « Non au clonage d’embryons humains » : protestations de l’Eglise de Corée et d’autres associations contre les expériences d’un groupe de chercheurs coréens

Séoul (Agence Fides) - Une véhémente protestation, des manifestations de rue, une condamnation du comportement éthiquement incorrect et irresponsable : ce sont les réactions de l’Eglise de Corée et de nombreuses associations du monde catholique et non catholique, après la nouvelle, donnée récemment, qu’un groupe de savants coréens, sous la direction du professeur Hwang Woo-suk, de l’Université Nationale de Séoul, a fait savoir qu’ils avaient cloné des embryons humains.
La protestation vient de la Commission de la Conférence Episcopale qui s’occupe de bioéthique, présidée par Mgr Francis Xavier Ahn Myong-ok, qui a déclaré à l’agence Fides : « Il est vraiment déplorable que les gens considèrent que le clonage est une acquisition scientifique, sans penser à l’utilisation mauvaise du résultat et à la violation de la vie humaine. Il est décevant que le gouvernement, qui devrait être en première ligne pour défendre la vie humaine, soutienne cette recherche ».
Le Père Paul Lee Chang Young, Sous-secrétaire général de la Conférence Episcopale a écrit sur l’hebdomadaire « Catholic Weekly » : On a fait un acte qui n’aurait pas dû être. La science et la technologie, qui doivent servir au bien de l’humanité, ont été réduites à un moyen de commercialisation pour obtenir des profits ».
Le Père Lee a demandé à tous les juristes, chercheurs et aux savants catholiques engagés dans le domaine des biotechnologies, à tous les professionnels des moyens de communication, de suivre les enseignements de la doctrine de l’Eglise selon leur conscience, et de prendre des décisions responsables et respectueuses de l’éthique chrétienne, spécialement en matière qui soit mise en corrélation avec le respecte et la défense de la vie.
M. Kim Myong hee, Directeur du mouvement catholique de Séoul « Un seul corps, un seul esprit », a déclaré à l’agence Fides : « l’acte du clonage n’est pas seulement incorrect au plan éthique et immoral, mais il offre aussi la possibilité de commercialiser le corps d’une femme ».
Une autre association non catholique « Solidarité du peuple et Démocratie Participative » a publié un communiqué qui déclare : « Les chercheurs ont réalisé leur projet en ignorant les questions éthiques. Cette attitude est irresponsable ».
En Corée, un document législatif sur les questions de bioéthique a été approuvé récemment par le Parlement, et entrera en vigueur au mois de janvier 2005 : l’Eglise catholique, à la lumière des nouvelles situations, demande qu’il soit revu et réexaminé. (P.A.)
(Agence Fides, 24 février 2004, 34 lignes, 428 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network