http://www.fides.org

Africa

2004-02-24

AFRIQUE / KENYA - « Nous devons nous engager pour le respect de la dignité de chaque être humain ». Le Président du Conseil Pontifical de Justice et Paix visite le deuxième bidonville de Nairobi

Nairobi (Agence Fides) - Le Cardinal Renato Martino, Président du Conseil Pontifical Justice et Paix, a commencé sa visite au Kénya en visitant Kibera, le deuxième bidonville de Nairobi. C’est ce que rapporte l’Agence catholique CISA, qui rappelle que les résidents de Kibera devront quitter bientôt leurs pauvres baraques, car le 27 février prochain, le gouvernement commencera à détruire les constructions abusives.
« Nous ne pouvons pas rester immobiles et ne rien faire. Nous devons nous engager pour le respect de la dignité de chaque être humain » a déclaré le Cardinal.
Le gouvernement veut chasser la population qui vit sous les lignes électriques et près de la voie ferrée. Cette mesure a soulevé les protestations de la population du bidonville et de plusieurs hommes politiques et de groupes pour la défense des droits de l’homme. Kibera abrite 700.000 des 3 millions d’habitants. Le gouvernement a promis d’améliorer tous les bidonvilles et de construire 150.000 logements à bas prix par an.
« Je suis peiné parce que ces personnes, qui sont des êtres humains comme nous, n’ont pas une vraie maison, des écoles et d’autres services. Nous devons les aider pour qu’ils deviennent protagonistes de leur avenir », a déclaré le Cardinal, en marchant dans les rues boueuses du bidonville. Durant la visite à la paroisse Saint Gabriel et à l’école pour infirmiers, le Cardinal a remercié pour le travail réalisé par l’Eglise qui fournit les services de base aux habitants du bidonville.
Le Cardinal Martino se trouve au Kénya pour une visite pastorale d’une semaine, pendant laquelle il a participé et ouvert les cérémonies à l’occasion des 10 années d’existence de l’Institut de Service social (ISM) du Tangaza College de Nairobi (cf. Agence Fides, 23 février 2004). (L.M.)
(Agence Fides, 24 février 2004, 25 lignes, 321 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network