http://www.fides.org

America

2004-02-10

AMERIQUE / HONDURAS - « On ne peut être membres vivants du Corps du Christ… et être complices de la promotion de méthodes d’avortement » : dénonciation ferme de la Conférence Episcopale du Honduras

Tegucigalpa (Agence Fides) – La Conférence Episcopale du Honduras dénonce avec fermeté la campagne de promotion et de distribution de pilules anticonceptionnelles, entreprise par l’Association hondurienne de planification familiale (ASHONPLAFA) et par le Secrétariat de la Santé Publique du Honduras, en collaboration avec « Marie Stopes Honduras » (la plus grande chaîne de cliniques abortives de Grande Bretagne). Le communiqué ferme des Evêques du Honduras, en date du 6 février dernier déclare avant tout que « la vie est le don le plus grand donné par Dieu aux êtres humains, et que, en conséquence seul le Créateur peut la donner ou l’enlever. L’homme et la femme sont les collaborateurs de Dieu dans la transmission de la vie » et donc « l’avortement est un crime abominable qui va contre le cinquième commandement de la Loi de Dieu : tu ne tueras pas… La pilule du jour après est clairement abortive, puisqu’elle élimine directement et volontairement la vie d’un être humain à peine conçu ».
Dans cette perspective, les Evêques de l’Eglise du Honduras déclarent avec clarté et avec force : « On ne peut être membres vivants du Corps du Christ, qui est l’Eglise, si l’on est complices dans la promotion de méthodes abortives. Qui se rend complice, se met contre le Dieu de la Vie, et, en conséquence, s’exclut de la communion dans le Corps du Christ ».
Le Communiqué des Evêques se termine par une invitation adressée aux prêtres, aux agents de la pastorale et à tous les fidèles, afin qu’ils réfléchissent dans leurs communautés sur ce grave problème, pour éclaircir aussi les équivoques dans lesquelles tombent de nombreuses personnes suite aux messages publicitaires, incomplets et manipulés, transmis par les moyens d’information. Il demande en outre d’intensifier la prière afin que cette campagne ne soit pas une nouvelle tentative pour légaliser l’avortement. Les Evêques invitent de manière particulière les médecins et les infirmiers à ne pas se rendre complices de cette campagne de destruction de masse de vies humaines. (R.Z.)

(Agence Fides, 10 février 2004, 30 lignes, 376 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network