INTENTION MISSIONNAIRE - „Pour que la Vierge Marie, Etoile de l'évangélisation et Reine des Apôtres, de même qu'elle accompagna les apôtres aux commencements de l'Eglise, guide aussi avec affection maternelle les missionnaires, hommes et femmes, répartis dans le monde” Commentaire à l'Intention Missionnaire indiquée par le Saint-Père pour le mois de mai 2008

jeudi, 24 avril 2008

Cité du Vatican (Agence Fides) - Le Concile Vatican II nous a présenté Marie comme mère et image de l'Eglise. En la contemplant, l'Eglise contemple en Elle son modèle et, en même temps, są réalisation la plus parfaite. En Elle on constate une double réalité: elle est „notre soeur”, en tant que membre excellent du Corps mystique du Christ et, en même temps, elle est „notre mère” parce qu'elle est mère de l'Eglise. Cette double réalité trouve son accomplissement dans deux scènes clés de la vie de Marie: l'Annonciation et la Pentecôte.
Conçue sans péché, l'Esprit Saint habite en elle depuis le début de son existence terrestre. Au moment de l'incarnation, elle donne son „oui” à Dieu, totalement et pour toujours. Par l'opération du Saint-Esprit elle conçut le Verbe dans son sein virginal et, mûe par le Saint-Esprit, coeur de la mission, elle se mit en chemin vers la montagne, écoutant dans son coeur l'urgence de l'amour fait chair dans sein. Elle désirait porter l'Evangile de Dieu à Elisabeth: Jésus, qui avait fait sauter de joie le petit Jean dans le ventre de są mère.
Après la mort du Seigneur Jésus, Marie, avec le coeur et l'affection maternelle, réunit autour d'elle les apôtres qui s'étaient dispersés avant le scandale de la croix. Elle leur enseigna comment se disposer à recevoir l'Esprit promis par Jésus avant de monter au ciel. Et le jour de la Pentecôte, des langues de feu se posèrent au-dessus de leurs têtes, et ils furent remplis du Saint-Esprit et commencèrent à proclamer sans crainte l'annonce pascale: „Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus que vous avez tué en le pendant à la croix. [31] Dieu l'a élevé à są droite en le faisant chef et sauveur, afin de donner à Israël la grâce de la conversion et le pardon des péchés. [32] Et de ces faits nous sommes témoins ainsi que l'Esprit-Saint, que Dieu a donné à ceux qui se soumettent à lui” (At, 5, 30)
Comme l'enseigne le Décret „Ad Gentes”, Marie est maîtresse de prière pour l'Eglise. Il n'existe pas de vraie mission sans oraison, étant clair que le Règne de Dieu ne se rend pas présent sinon à travers la grâce de Dieu lui-même (cfr. AG, 42). Jésus nous a enseigné à prier: „Que ton Règne vienne”. Marie a accueilli cette prière du Fils, l'a faite sienne et l'a transmise à l'Eglise naissante afin qu'elle puisse continuer la mission du Seigneur.
Le Pape Benoît XVI, dans son message pour la Journée Missionnaire Mondiale 2007, a demandé que Marie „nous rende tous conscients de notre existence”. Cette conscience dérive de notre „être missionnaire” acquis par le baptême et s'actualise toujours dans l'amour. Saint Paul se sentait poussé par la charité à prédiquer l'évangile (2Cor 5,14). Que dire de Marie, unie par la volonté divine au mystère du Fils de façon unique? Elle, qui a partagé l'existence terrestre du Fils de Dieu de façon exceptionelle, réveillait le même désir qui brûlait dans le coeur de son Fils. Son amour a été universel et lui a permis d'être confiée comme mère fidèle à tous les hommes au pied de la croix. Cet amour sans exceptions, manifesté par Jésus, transmis par grâce de l'Esprit-Saint, reçu par Marie, doit brûler également en chaque baptisé. Nous devons être le „bon parfum du Christ” dans tous nos environnements.
La dimension missionnaire est essentielle pour la vie de l'Eglise. Avec les paroles de Jean-Paul II, nous pouvons dire que „l'élan missionnaire appartient, par conséquent, à la nature divine de la vie chrétienne” (RM, 1). Nous prions donc afin que ce feu missionnaire qui brûlait dans le coeur de Marie, avant l'Eglise, anime aussi aujourd'hui tous les membres de notre communauté ecclésiale. Afin qu'Elle, „qui a accompagné avec sollicitation maternelle le chemin de l'Eglise naissante, guide nos pas aussi à notre époque et qu'elle nous obtienne une nouvelle Pentecôte d'amour” (Benoît XVI, Journée Missionnaire Mondiale, 27 mai 2007)
Prions afin que tous les missionnaires, hommes et femmes, trouvent en Marie le modèle de leur vie. Elle se donne complètement à l'opération du Fils et, dans le silence de la prière, rend chair la Parole et l'offre aux autres. Que son affection maternelle nous console, nous fortifie et anime nos frères consacrés au service de l'Evangile dans les terres de mission. (Agence Fides 24/4/2008, èè_ mots)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network