http://www.fides.org

Sciences et Medecine

2004-01-27

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE - LA GRIPPE DES POULETS MENACE L’HUMANITE ET A DEJA TUE CINQ PERSONNES AU VIETNAM ET 6 EN THAILANDE. LES EXPERTS CONSIDERENT QUE LE VIRUS PUISSE MELER SON ADN AVEC CELUI DE LA GRIPPE DES HUMAINS

Rome (Agence Fides) – La grippe des poulets représente une très grande menace pour l’humanité, et si le virus commence à se transmettre entre êtres humains, tout vaccin serait inutile. Pour le moment, il ne semble pas que ce type de grippe, connu sous le nom de H5N1, soit en mesure de se transmettre entre êtres humains, mais que l’homme puisse le contracter seulement par le contact avec les poulets infectés. Les experts redoutent toutefois que le virus mortel, qui a tué récemment cinq personnes au Vietnam, puisse avoir la capacité de se transmettre entre êtres humains, en mêlant son ADN avec celle de la grippe des humains.
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est préoccupée par le fait que l’épidémie d’influence aviaire se répande aussi au Cambodge et au Pakistan. Le Japon, pour sa part, a suspendu les importations de poulets de Thaïlande après la confirmation de la mort de 6 personnes touchées par le virus. La Commission européenne a décidé elle aussi de suspendre les importations de toute la viande de poulet et de produits à base de poulets, provenant de Thaïlande. L’épidémie a été confirmée dans 13 des 76 provinces de Thaïlande, alors que d’autres régions sont en observation.
Si la grippe aviaire reste dans l’animal, ou comme cela s’est produit il y a quelques années, passe de manière sporadique à l’homme, elle n’est pas un problème. Le danger potentiel, pensent de nombreux chercheurs internationaux, est lié à la recombinaison génétique du virus des poulets avec un virus de l’influence humaine, et à la transmission de ce microorganisme de l’homme à l’homme. Comme cela s’est produit dans le cas de la grippe espagnole en 1918, qui a tué environ 40 millions de personnes, et de la grippe asiatique en 1957. (A.P.)

(Agence Fides, 27 janvier 2004, 27 lignes, 340 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network