http://www.fides.org

Africa

2004-01-26

AFRIQUE / COTE-D’IVOIRE - UN AN APRES LES ACCORDS DE MARCOUSSIS LE PAYS EST TOUJOURS DIVISE

Abidjan (Agence Fides) – Le Pays est toujours divisé, un an après les accords signés à Marcoussis en France, qui mirent fin au conflit entre le gouvernement et les rebelles. « Même sur les accords de paix, le monde politique et le population sont divisés », disent à l’agence Fides des sources de l’Eglise locale contactées par l’Agence Fides à Abidjan. « D’une part, il y a ceux qui voient les ententes de paix comme de la poudre aux yeux, de l’autre, ceux qui affirment qu’ils sont la solution la meilleure pour le pays ».
Les accords de Marcoussis prévoyaient le maintien au pouvoir du Président Laurent Gbagbo jusqu’au terme de son mandat, et la création d’un gouvernement d’unité nationale, ouvert à tous les partis, qui aurait pour tâche de préparer des élections, définies, par l’accord, « crédibles et transparentes », et prévues pour 2005.
« Le gouvernement d’unité nationale guidé par M. Seydou Diarra, a commencé à mettre sur pieds les réformes demandées par les rebelles, en particulier sur le droit de citoyenneté et sur la propriété foncière ; mais le Président Gbagbo veut soumettre à un référendum ces questions. L’opposition craint toutefois qu’il s’agisse d’une manœuvre dilatoire, ou populiste », disent les sources de l’Agence Fides. « La Côte-d’Ivoire est ainsi toujours bloquée par ces problèmes qui ont été à la base de la révolte du mois de septembre 2002. En ce sens, les accords de Marcoussis sont seulement une étape vers la paix véritable : ils ont permis d’arrêter la guerre civile et de poser les bases d’une entente plus vaste, qui doit toutefois être encore atteinte ».
Après l’éclatement de la guerre civile au mois de septembre 2002, et malgré les accords de paix du mois de janvier 2003, la Côte-d’Ivoire est toujours divisée en fait, avec le nord et l’ouest aux mains de différents groupes de rebelles réunis sous le nom de « Forces neuves ». (L.M.)
(Agence Fides, 26 janvier 2004, 25 lignes, 334 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network