http://www.fides.org

Africa

2004-01-14

AFRIQUE / ANGOLA - DANS L’ENCLAVE DE CABINDA EN ANGOLA (700.000 BARILS DE PETROLE PAR JOUR), LE DRAME DE LA GUERRE ET DE LA FAIM. NOUVELLE DENONCIATION DE « L’AIDE A L’EGLISE EN DETRESSE »

Rome (Agence Fides) – L’Agence Fides a reçu une nouvelle dénonciation de la part de la section portugaise de l’Aide à l’Eglise en Détresse, sur la situation des droits de l’homme à Cabinda, l’enclave séparée du reste du territoire angolais par le Congo-Brazzaville. D’après l’Aide à l’Eglise en Détresse, le Vicaire général du Diocèse de Cabinda, le Père Paul Tati a déclaré à Radio Ecclesia (Radio catholique angolaise) : « La population continue à souffrir des graves abus de la part de l’armée angolaise ». Le religieux souligne le climat d’impunité » totale qui découle de l’action des militaires : « Depuis que la guerre a commencé, nous dénonçons constamment les cas flagrants d’abus des droits de l’homme ». Pour le Père Tati, on a noté, dans la dernière semaine, une augmentation de la tension : « Le nombre des militaires s’est accru, ce qui veut dire que la guerre à Cabinda continue, contrairement aux déclarations officielles ».
Un autre prêtre catholique, Le Père Casimiro Congo, de la paroisse de l’Immaculée Conception, a dénoncé publiquement la violation des droits de l’homme, dans une intervention à Radio Renascença de Lisbonne : « Le gouvernement angolais use de la main de fer contre la population de Cabinda ».
L’Aide à l’Eglise en Détresse a lancé l’an dernier à Lisbonne une campagne de soutien à l’Angola, intitulée : « L’indifférence est un crime », dans le but de « contribuer par une collecte de fonds pour la formation des prêtres et des séminaristes en Angola, à ce que l’Eglise soit reconnue comme la seule institution crédible pour la promotion de la paix et de la réconciliation à Cabinda et en Angola ». (cf Fides, 14 novembre 2003 http://www.fides.org/ita/news/2003/0311/14_1583.html).
Depuis des années, l’enclave de Cabinda est au centre d’une guerre civile entre l’armée de Luanda et les rebelles du FLEC (Front de Libération de l’Enclave de Cabinda) qui luttent pour l’indépendance de la région vis-à-vis de l’Angola.
Cabinda est riche en pétrole ; la production atteint les 700.000 barils de pétrole par jour, égal aux deux tiers du total des entrées de l’Angola.
L’agence Fides publiera prochainement une fiche sur Cabinda. (L.M.)
(Agence Fides, 14 janvier 2004, 31 lignes, 391 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network