http://www.fides.org

Vaticano

2004-01-14

VATICAN - DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II A L’AUDIENCE GENERALE : « JESUS EST L’AGNEAU SACRIFICIEL SANS TACHE, DONT LE SANG PRECIEUX A ETE VERSE POUR NOTRE RACHAT. IL EST LE JUSTE QUI SE SACRIFIE POUR LES PECHEURS AFIN DE LES RAMENER A DIEU »

Rome (Agence Fides) – Après les fêtes de Noël, le Saint-Père a repris, lors de l’audience du mercredi 14 janvier, la catéchèse sur la Liturgie des Vêpres, en commentant le Cantique intitulé : La Passion volontaire du Christ, Serviteur de Dieu (cf. 1 P 2, 21-24). « Comme nos l’avons entendu dimanche dernier, Fête du Baptême du Seigneur, Jésus se révèle dès le début de son activité publique comme le <> dans lequel le Père a mis ses complaisances, et le véritable <> qui libère l’homme du péché par sa Passion et sa Mort sur la Croix ».
Reprenant le passage de la première Lettre de Pierre dont est tiré le Cantique, le Pape a rappelé les traits du profil du Christ : Il nous apparaît comme le modèle à contempler et à imiter, le <>, comme dit l’original grec, à réaliser, l’exemple à suivre sans hésitation, en nous conformant à ses choix… Et les pas du Maître divin vont de l’avant sur une voie raide et pénible, précisément comme on le lit dans l’Evangile ».
L’histoire de la Passion décrit l’attitude de Jésus « dans cette aventure terrible et grandiose … L’hymne pétrinien trace une synthèse admirable de la Passion du Christ, modulée sur les paroles et sur les images d’Isaïe appliquées à la figure du Serviteur souffrant ». Il commence avec la double affirmation de son innocence absolue, son attitude s’inspire de douceur et de tendresse, « sa confiance est une confiance totale et parfaite dans la justice divine qui guide l’histoire vers le triomphe de l’innocent » ; le sommet du récit « souligne la valeur salvifique de l’acte suprême du don du Christ : Le Christ a porté <>, <>, c’est-à-dire sur la Croix, <> pour pouvoir les anéantir. Par cette voie, nous aussi, libérés du vieil homme, avec son mal et sa misère, nous pouvons <> c’est-à-dire dans la sainteté ».
Le Saint-Père a ensuite conclu son enseignement en rappelant la dernière phrase du Cantique << par ses plaies nous avons été guéris>> - qui « mise sur la valeur salvifique de la souffrance du Christ, exprimée par les mêmes paroles que celles dont se sert le prophète Isaïe, pour exprimer mal fécondité salvatrice de la souffrance du Serviteur du Seigneur ». (S.L.)
(Agence Fides, 14 janvier 2004, 34 lignes, 447 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network