INTENTION MISSIONNAIRE - “Pour que les chrétiens, qui dans de nombreuses parties du monde et de différentes manières sont persécutés à cause de l’Evangile, soutenus par la force de l’Esprit Saint, continuent à témoigner avec courage et franchise de la Parole de Dieu » Commentaire de l’Intention missionnaire proposée par le Saint-Père pour le mois de mars 2008

jeudi, 28 février 2008

Cité du Vatican (Agence Fides) - L’Eglise sera toujours persécutée. Nous ne devons pas nous étonner qu’il en soit ainsi. Cette persécution a été annoncée par Jésus : « Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : ‘Il n’y a pas de serviteur plus grand que son maître’. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront vous aussi. S’ils ont observé ma parole, ils observeront la vôtre aussi » (Jn 15,20).
A l’image de son Maître, l’Eglise souffre du refus du monde. La persécution est toujours douloureuse et injuste, mais c’est un signe de la vitalité de l’Eglise, de sa fidélité à la Parole et à la personne du Christ. « Souvent, encore aujourd’hui, arrivent des nouvelles de différentes parties du monde, de missionnaires, prêtres, évêques, religieux, religieuses et fidèles laïcs persécutés, emprisonnés, torturés, privés de la liberté, ou empêchés de l’exercer parce que disciples du Christ et apôtres de l’Evangile ; parfois on souffre et on meurt aussi pour la communion avec l’Eglise universelle et la fidélité au Pape » a rappelé Benoît XVI à l’Angélus le jour de la fête de Saint Etienne, le premier martyre de l’Eglise, le 26 décembre 2007.
Le Saint-Père mentionne dans son intention missionnaire de ce mois la variété des formes de persécution. Dans les différentes parties du monde on compte en effet des formes diverses de persécution. Peut-être en Occident n’existe-t-il pas de persécution violente, mais l’Eglise est humiliée par le mépris, l’indifférence et fréquemment les réalités chrétiennes, les contenus de la foi, et Dieu même, sont bafoués. Dans les pays missionnaires la persécution violente ne cesse d’être violente, et nombreux de nos frères continuent à répandre leur sang comme témoignage suprême de leur amour envers le Christ. « Le martyre -écrit Jean-Paul II dans l’Incarnationis Mysterium- et la preuve la plus éloquente de la vérité de la foi, qui sait donner un regard humain même à la plus violente des morts, et manifeste la beauté dans les persécutions les plus atroces »(n.13).
Nous ne pouvons certes pas oublier nos frères qui vivent constamment dans des situations et des contextes où l’Eglise est persécutée : notre prière doit être la démonstration de notre communion avec eux. Saint Augustin parle du Corps du Christ, de l’Eglise qui continue à saigner dans plusieurs de ses membres. Et Saint Paul exprime clairement cette communion de vie et de douleur qui doit exister entre les membres du Corps du Christ : « Si un membre souffre, tous les membres souffrent » (1Cor 12,26). Si quelque membre de l’Eglise n’expérimente pas la douleur face à la douleur d’autres membres, il faut mettre en doute son union vitale avec le Corps mystique de l’Eglise du Christ.
Nous devons donc demander une constante effusion de l’Esprit Saint pour nos frères persécutés. Comme le souligne la Préface de la Messe des martyrs, Dieu fait de la fragilité de l’homme le témoignage de sa force. Le courage de la confession de la foi manifeste comment Dieu soutient par son amour la faiblesse humaine.
Prions afin que nos missionnaires soient fidèles à la vérité de l’Evangile. Dès le début Saint Jean-Baptiste a souffert le martyre parce que fidèle à la vérité. L’Eglise du Dieu vivant est « colonne et soutien de la vérité ». (1Tim 3,15).
Une grande tentation a toujours été d’adapter la vérité à nos exigences pour éviter les difficultés et les persécutions. C’est pourquoi nous devons êtres reconnaissants à Dieu pour le témoignage courageux de nombreux missionnaires et de nombreux chrétiens qui restent fidèles au Seigneur, sans aucune crainte, même pas face aux menaces violentes.
Prions donc afin que nos frères persécutés sentent la joie promise par le Christ au milieu des difficultés : « Bienheureux les persécutés à cause de la justice, car le Royaume des cieux leur appartient. Bienheureux êtes-vous quand ils vous insulteront et vous persécuteront, et en mentant diront de vous toute sorte de mal à cause de moi. Réjouissez-vous et exultez, car votre récompense est grande dans les cieux. Ainsi ont-ils poursuivi les prophètes avant vous » (Mt 5,10-12).
Une Eglise qui est Epouse du Christ persécuté, doit vivre comme Lui, sans s’effrayer des persécutions et en étant au contraire fière de ressembler à son Maître : « Cette mission continue, développant dans le cours de l’histoire la mission du Christ, envoyé justement porter la bonne nouvelle aux pauvres ; c’est pourquoi il est nécessaire que l’Eglise, toujours sous l’influence de l’Esprit du Christ, suive la même route qu’ont suivi ceux-ci, c'est-à-dire la route de la pauvreté, de l’obéissance, du service et du sacrifice de soi jusqu’à la mort, dont ensuite, en ressuscitant, le Christ est sorti vainqueur. C’est grâce à cette espérance qu’ont procédé tous les apôtres, qui par leurs multiples tribulations et souffrances, continuèrent ce qui manquait aux souffrances du Christ dans son corps, l’Eglise. Et souvent aussi le sang des chrétiens fut une semence féconde ». (AG,5). (Agence Fides 28/2/2008; lignes 56, mots 814)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network